Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un mort pendant le démantèlement d'un QG présumé d'Al-Qaïda en Irak

Le pays a renoué avec les niveaux de violence de 2008




Un mort pendant le démantèlement d'un QG présumé d'Al-Qaïda en Irak
Au moins une personne a été tuée et dix blessées lundi lors de heurts survenus alors que les forces de sécurité démantelaient le plus important campement de protestataires anti-gouvernementaux d'Irak, selon un journaliste de l'AFP sur place.
 "Des policiers locaux sont en train de démonter les tentes du sit-in" dans la province d'Anbar (ouest), a expliqué la chaîne, affirmant que cette opération intervenait après un accord conclu entre les forces de sécurité, des chefs religieux et des cheikhs tribaux.
 Ce campement avait été installé il y a un an, au début d'un mouvement de protestation de la communauté sunnite qui perdure encore aujourd'hui. La colère de cette communauté avait été déclenchée par l'arrestation des gardes du ministre des Finances d'alors, Rafeh Al-Issawi, un influent homme politique sunnite, pour des accusations de terrorisme.
 Au-delà de l'affaire Issawi, cette communauté estime faire l'objet de discriminations et d'une campagne de répression de la part du gouvernement chiite.
 Le Premier ministre Nouri Al-Maliki avait appelé le 22 décembre les protestataires à lever leur sit-in, le qualifiant de QG d'Al-Qaïda, mettant en garde contre une intervention des forces de l'ordre.
"Je dis clairement (...) que le site du sit-in dans la province d'Al- Anbar s'est transformé en un QG pour les chefs d'Al-Qaïda", avait indiqué le Premier ministre chiite.
La colère sunnite a été un facteur clé dans l'escalade des violences de cette année, stimulant le recrutement chez les groupes insurgés.
Depuis le début de l'année, 6.750 personnes sont mortes en Irak, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources médicales et sécuritaires.
Le pays a renoué avec les niveaux de violences de 2008, lorsque le pays sortait tout juste d'une guerre confessionnelle.
Des mosquées de la ville de Ramadi ont appelé lundi au jihad -la guerre sainte- alors que la police démantelait le plus important campement de protestataires anti-gouvernementaux d'Irak, selon un journaliste de l'AFP sur place. 

AFP
Mardi 31 Décembre 2013

Lu 342 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs