Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un million de manifestants au Brésil

La colère et les violences s’amplifient




Un million de manifestants au Brésil
Un million de manifestants ont défilé jeudi dans les rues des villes brésiliennes en dépit de la décision d'abroger la hausse des tarifs des transports en commun, élément déclencheur de la contestation.
Ces manifestations, qui ont commencé en début de semaine dernière, sont les plus importantes depuis 20 ans et ont pris une nouvelle ampleur jeudi.
Outre le prix des transports publics, jugé éhonté, les Brésiliens protestent contre l'inflation, la corruption, la violence policière et la déficience des services publics, des soins médicaux jusqu'à l'éducation.
A Rio de Janeiro, 300.000 personnes ont battu le pavé jeudi, avant que la police n'intervienne pour chasser les pillards et disperser la foule.
A Ribeirao Preto, près de Sao Paulo, un manifestant âgé de 20 ans est mort écrasé par une jeep qui a foncé sur la foule.
Impassibles après la décision de plusieurs municipalités d'abroger la hausse des tarifs dans les transports en commun, les manifestants ont défilé près des stades de Rio et de Salvador, qui accueillaient des rencontres de la Coupe de football des Confédérations.
Dans le stade Maracana de Rio, les supporters de football ont entonné des chants de révolte et crié leur soutien à la foule des Cariocas descendus dans les rues.
A Salvador, dans le Nordeste, des heurts ont éclaté entre policiers et manifestants. La police a fait usage de grenades lacrymogènes pour disperser la foule.
Des défilés ont également eu lieu à Manaus, la plus grande ville d'Amazonie, ainsi que dans la ville prospère de Florianopolis, dans le sud du pays. A Sao Paulo, la plus grande ville du pays, près de 110.000 personnes se sont rassemblées dans l'emblématique avenue Paulista, selon la police.
"Vingt cents, ce n'était que le début", pouvait-on lire sur de nombreuses pancartes, ce qui fait référence à la baisse des tarifs des tickets de bus consentie par les autorités de la ville.
"Pour quoi je manifeste? Vous devriez plutôt me demander pour quoi je ne manifeste pas! Nous avons besoin d'une réforme politique, fiscale, de mettre fin à la corruption, nous avons besoin de meilleures écoles, de meilleurs transports. Nous ne sommes pas en mesure d'accueillir la Coupe du monde", tempête Savina Santos, 29 ans, fonctionnaire à Sao Paulo.
A Brasilia, des dizaines de milliers de manifestants ont défilé en début de soirée sur la célèbre place des Trois Pouvoirs, entre le bâtiment du Congrès national, la Cour suprême et le palais présidentiel, en plein coeur de la capitale.

Reuters
Samedi 22 Juin 2013

Lu 186 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs