Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un médicament 100% marocain pour des patients souffrant de l’hépatite C

Le groupe Pharma5 met sa molécule miracle sur le marché




Le « SSB 400 » est le premier médicament anti-hépatite C générique entièrement fabriqué au Maroc. Une première régionale saluée par les professionnels de la santé qui voient en cette innovation une occasion d’envisager aujourd’hui l’éradication totale de cette pathologie au niveau national.
Mis au point et produit par les Laboratoires Pharma5, le nouveau produit a été autorisé sur le marché le 5 novembre dernier, après plusieurs mois de développement. Il sera en vente le 10 décembre courant.
L’arrivée sur le marché du SSB 400 est une bonne nouvelle pour les 625.000 personnes souffrant d’hépatite C au Maroc. Il permettra la prise en charge et le traitement définitif, à faible coût, de patients souffrant de cette maladie, ont expliqué les responsables des Laboratoires Pharma5 lors d’une rencontre tenue mardi 1er décembre dans l’enceinte de l’entreprise.
Ce générique sera commercialisé au prix de 3.000 DH la boîte, a indiqué le docteur Abdallah Lahlou-Filali, le patron de Pharma5, assurant qu’il y a un stock important de matière première pouvant permettre de  produire 50.000 par jour.
C’est une baisse significative du coût de traitement qui devait profiter à bien de malades si l’on le compare au prix pratiqué jusqu’à présent.
Pour s’en rendre compte et apprécier la différence, le top management du groupe a souligné:  «Le coût de la cure de 12 semaines est de 451.000 DH en France et 800.000 DH aux Etats-Unis. Au Maroc, le prix de la cure de 12 semaines sera de 9000 DH pour le SSB 400 et permettra la guérison virologique de plus de 90% des malades atteints d’hépatite C ».
C’est dire combien le SSB 400, qui appartient à une nouvelle génération d’antiviraux à action directe, représente un énorme espoir pour des malades marocains privés de ce traitement jusque-là.
Comme l’a relevé Maryam Lahlou Filali, une des directrices de Pharma5,  « les traitements classiques pour combattre ce fléau, en plus d’être chers, sont peu efficaces et très toxiques pour la guérison des malades. Depuis 2014, le Sofosbuvir, cette molécule miracle, représente une vraie révolution dans  la prise en charge des malades atteints d’hépatite et donc un espoir, mais un espoir inaccessible au plus grand nombre ».
Pour le rendre accessible à tous les citoyens marocains atteints d’hépatite et pour que la maladie ne soit plus une fatalité, Pharma5 a ainsi développé ce générique.
C’est ainsi que le 16 avril, les Laboratoires Pharma5 ont pu avoir l’accord de principe de la part des autorités marocaines, a indiqué Yasmine Lahlou Filali, autre directrice du groupe qui a annoncé le lancement du produit pour le 10 décembre.
« Le citoyen marocain aura enfin droit à l’innovation médicale pour l’hépatite C, une innovation rendue possible grâce à un partenariat exemplaire public-privé qui  ne date pas d’aujourd’hui, en tout cas en ce qui nous concerne, et ce n’est pas fini », a-t-elle déclaré précisant que « le traitement complet de l’hépatite C  est à venir. Très bientôt on aura accès à un traitement complet avec des molécules  de nouvelle génération au Maroc ».
Signalons qu’une unité a été dédiée à la fabrication de ce produit afin d’avoir une capacité de production suffisante sur le marché marocain et éventuellement en Afrique.
Pour rappel, quelque 189 millions de personnes sont atteintes d’hépatite C dans le monde, c’est deux fois la population du Maghreb et six fois celle du Maroc.
Transmissible essentiellement par le sang et potentiellement grave, c’est une maladie asymptomatique pour la quelle il n’y a pas de vaccin. En revanche, on peut en guérir à la différence de l’hépatite B et du sida. La prévalence moyenne mondiale est de 3%, cette pathologie touche fortement notre pays; aussi seuls 2% des malades sont pris en charge dans le monde.
« Il n’y a pas d’étude épidémiologique concernant l’hépatite C.  Selon les experts de l’OMS, la prévalence serait comprise entre 1,2 et 1,9% de la population du Maroc, soit environ 625.000 cas 267.000 cas auraient une infection chronique nécessitant un traitement », a souligné Maryam Lahlou Filali.
 

Alain Bouithy
Jeudi 3 Décembre 2015

Lu 3681 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs