Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un massacre à Tall Kalakh en Syrie fait une dizaine de morts


Le régime de Bachar al-Assad et la coalition s’accusent mutuellement



Un massacre à Tall Kalakh en Syrie fait une dizaine de morts
Régime syrien et militants se sont accusés mutuellement dimanche du massacre d'une dizaine de civils, dont plusieurs femmes, dans la ville de Tall Kalakh, près de la frontière avec le Liban.
L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a rapporté que 11 personnes, dont huit femmes, avaient été "sommairement exécutées" dans le quartier de Borj à Tall Kalakh, dans la région de Homs (centre), mais n'était pas en mesure de préciser qui avait mené la tuerie.
Selon l'organisation, qui s'appuie sur un vaste réseau de militants et de sources médicales civiles et militaires à travers le pays, des militants ont soutenu que le massacre avait été perpétré par les forces régulières lors d'une attaque contre le quartier.
De son côté, l'agence officielle syrienne Sana a rapporté que "des terroristes" avaient "commis dans la nuit un nouveau massacre contre les citoyens de Tall Kalakh (...) lors d'un assaut sur le quartier de Borj, tuant 10 civils, en majorité des femmes et des enfants".
L'agence précise que l'armée est alors intervenue "à la demande des habitants et a tué la majorité des terroristes", terme utilisé par le régime pour désigner les rebelles depuis le début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad il y a deux ans.
D'après Sana, les rebelles ont tué les civils car ces derniers "étaient opposés aux crimes et agressions commis par les terroristes en Syrie".
Tall Kalakh, située près de la frontière nord avec le Liban, a été souvent assiégée depuis 2011 et a été l'une des premières villes à se révolter contre le régime.
Depuis que la révolte réprimée dans le sang s'est transformée en conflit armé, régime et opposition se sont accusés mutuellement à plusieurs reprises de massacres.
L'OSDH a appelé l'ONU à mener une enquête et à saisir un tribunal international, affirmant que l'impunité permettait la multiplication de ces tueries.

AFP
Mardi 2 Avril 2013

Lu 355 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs