Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un groupuscule jihadiste menace de nouveaux attentats en Egypte




Un groupuscule jihadiste menace de nouveaux attentats en Egypte
Un groupuscule jihadiste peu connu, Ajnad Misr, a revendiqué une série d'attentats en Egypte et menacé de s'en prendre de nouveau aux forces de l'ordre, dans une vidéo postée sur son compte Twitter.
 Dans cet enregistrement, mis en ligne dans la nuit de jeudi à vendredi, Ajnad Misr, les soldats d'Egypte, en arabe, revendique sa responsabilité dans huit attentats perpétrés au Caire depuis le 20 novembre et promet de nouvelles attaques en représailles aux mauvais traitements subis par les manifestants islamistes.
 Depuis que l'armée a destitué en juillet le président islamiste Mohamed Morsi, ses partisans manifestent régulièrement, bravant une implacable répression qui a fait au moins 1.400 morts, plus de 15.000 arrestations et des centaines de condamnations à mort expéditives. Face à cette campagne, des groupes jihadistes, dont le plus connu, Ansar Beit al-Maqdess, disent s'inspirer d'Al-Qaïda pour multiplier les représailles contre les forces de l'ordre.
Sur des images de policiers s'en prenant à des femmes voilées ou délogeant les manifestants de la place Rabaa al-Adawiya, théâtre du plus grand carnage de l'histoire récente de l'Egypte --700 morts durant la seule journée du 14 août--, Ajnad Misr promet "aux mères de ceux qui ont été tués ou emprisonnés qu'elles seront bientôt contentées", laissant entendre que de nouvelles attaques sont à prévoir.
 Ajnad Misr, qui a revendiqué des attaques seulement au Caire, a été adoubé par Ansar Beit al-Maqdess, basé dans le Sinaï, d'où ont commencé les attaques contre policiers et soldats avant de gagner plusieurs villes du pays, dont la capitale.
Par ailleurs, le prêcheur islamiste britannique Abou Hamza s'abritait derrière la religion pour propager le terrorisme, ont affirmé jeudi à New York les procureurs, à l'ouverture de son procès, où son avocat a assuré qu'il n'avait commis aucun crime.
 Abou Hamza, 56 ans, borgne et amputé des deux avant-bras, est l'ancien imam de la mosquée londonienne de Finsbury Park, et était l'une des figures de proue du "Londonistan" de la fin des années 90. 
 Ses avocats ont précisé jeudi qu'il prendrait la parole pour sa défense durant le procès, prévu pour durer un mois.
 Il a plaidé non coupable et risque la réclusion à perpétuité. 
 C'était un "exportateur international de la violence et du terrorisme", a asséné d'entrée le procureur Edward Kim. "Son but était clair, simple, brutal (...): faire la guerre aux non-musulmans".

AFP
Samedi 19 Avril 2014

Lu 115 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs