Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un groupe lié à Al-Qaïda revendique l'attentat de Gao au Mali

L'ONU envisage des sanctions pour protéger l'accord de paix signé par le gouvernement et les rebelles




Un groupe lié à Al-Qaïda revendique l'attentat de Gao au Mali
Le groupe islamiste Al Mourabitoune a revendiqué mercredi la responsabilité de l'attentat suicide qui a fait une soixantaine de morts dans un camp militaire à Gao dans le nord du Mali, et l'organisation Al Qaïda, liée au groupe, précise que l'attaque visait à punir les groupes coopérant avec la France.
Un véhicule a pénétré dans le camp mercredi matin, "écrasant ceux qui se trouvaient sur son chemin, avant d'exploser au moment où 600 hommes se rassemblaient", a déclaré la porte-parole de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma).
Le camp abritait des soldats de l'armée malienne et des membres de divers groupes armés qui effectuent ensemble des patrouilles dans la ville, en vertu d'un accord conclu sous supervision onusienne pour faciliter la lutte contre les combattants islamistes.
L'organisation Al Mourabitoune, dirigée par le djihadiste Mokhtar Belmokhtar, est à l'origine de plusieurs opérations terroristes visant des cibles militaires et civiles au Mali et dans certains pays d'Afrique de l'Ouest.
Un autre communiqué, diffusé celui-là par Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), affirme que cette opération visait à punir les organisations collaborant avec les troupes françaises présentes dans le pays.
"Nous n'autorisons pas l'installation de baraquements et de bases ni le regroupement de patrouilles et de convois appartenant aux occupants français, pour faire la guerre aux moudjahidine", peut-on lire dans cette déclaration traduite par le groupe SITE, spécialisé dans la veille des activités islamistes sur Internet.
Le communiqué confirme que l'attaque a été menée par le groupe Al Mourabitoune, allié d'AQMI, et fournit le nom du kamikaze.
Les médias maliens faisaient état, eux, de la présence de cinq assaillants et mercredi soir, le bilan qu'ils publiaient était de 60 morts et 115 blessés, sans préciser si ce dernier prenait en compte des agresseurs.
"Nous allons vous combattre. Nous vous vaincrons. Vous n'aurez pas le dernier mot", a déclaré à la télévision nationale le président Ibrahim Boubacar Keita.
Le président a annoncé un deuil national de trois jours à la suite de cet attentat, le plus meurtrier de l'histoire récente du Mali.
Le gouvernement malien a fait état de "5 kamikazes" parmi les tués, mais dans sa revendication, le groupe du jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, rallié à Aqmi depuis plus d'un an, n'a cité qu'un auteur.
Il l'a identifié comme "Abdelhadi al-Foulani", indiquant son appartenance à l'ethnie peule, dans un communiqué publié par l'agence mauritanienne Al-Akhbar et par SITE, centre américain de surveillance des sites jihadistes.
Le même groupe avait déjà revendiqué l'attentat suicide à la voiture piégée contre l'aéroport de Gao, à quelques centaines de mètres de là, le 29 novembre 2016.
Par ailleurs, le Conseil de sécurité des Nations unies a accepté mercredi d'examiner l'opportunité d'infliger des sanctions à ceux qui feraient obstacle au processus de paix au Mali, après cet attentat suicide.
Tout en condamnant l'attentat, les membres du Conseil ont estimé que "des retards continuels menacent la viabilité de l'accord" signé par le gouvernement malien et des groupes rebelles, a indiqué à la presse l'ambassadeur suédois Olof Skoog, qui préside le Conseil en janvier.
Ses quinze membres ont discuté de la façon de protéger cet accord, "y compris la possibilité et les conséquences de la mise en oeuvre d'un régime de sanctions", a prévenu M. Skoog.

Vendredi 20 Janvier 2017

Lu 700 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs