Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un gouvernement de transition en Haïti après le départ du président

Affrontements entre manifestants et forces de l’ordre




Le président haïtien Michel Martelly a, comme il l'avait annoncé cette semaine, quitté ses fonctions dimanche laissant un pays profondément divisé aux mains d'un gouvernement de transition qui va devoir faire face aux violences et gérer un nouveau processus électoral.
 La première journée des fêtes du carnaval a été annulée par crainte de débordements alors qu'une ambiance morose régnait dans la capitale Port-au-Prince.
 Les forces anti-émeutes se sont heurtées à des manifestants au moment où Martelly quittait son poste de chef de l'Etat sans que son successeur ait été désigné après le report de l'élection présidentielle au terme d'un premier tour entaché de  fraudes présumées.
Suivant un accord de dernière minute salué par les Etats-Unis et les pays de l'Organisation des Etats américains (OEA), le Parlement haïtien doit désigner un président par intérim dans les prochains jours. Des élections sont fixées au 24 avril et le vainqueur prendra ses fonctions en mai.
 Cette procédure n'est toutefois pas dépourvue d'embûches puisque huit candidats présents au premier tour sont opposés à la désignation d'un chef de l'Etat intérimaire par les députés et réclament que le poste revienne à un juge de la Cour suprême.
 Les candidats contestataires, parmi lesquels figure Jude Célestin qui s'était qualifié pour le second tour, expliquent que les parlementaires ont été élus lors du même scrutin que celui du premier tour de la présidentielle et qu'ils ne sont pas légitimes à contrôler le gouvernement de transition.
 "Ce prétendu accord vise à légitimer les élections de 2015 comme si elles avaient été régulières, sans tenir compte des manifestations populaires qui se sont traduites par de nombreuses victimes", a dit Samuel Madistin, porte-parole des opposants.
 Selon lui, l'accord ne fait qu'exprimer le point de vue de la communauté internationale et de l'élite dirigeante haïtienne.
 Manifestants et forces de l'ordre se sont à nouveau affrontés dimanche dans les rues de Port-au-Prince alors que la capitale accueillait les célébrations annuelles du Mardi Gras. Le comité d'organisation a annoncé l'annulation de la première journée de festivités en raison des désordres.
 Martelly a officiellement quitté ses fonctions lors d'une cérémonie devant l'Assemblée nationale protégée par des Casques bleus et des unités des forces anti-émeutes.
 Le président de l'assemblée Jocelerme Privert a appelé à une "trêve" pour permettre d'organiser les élections. Le gouvernement intérimaire devra trancher la délicate question des participants à ce scrutin dont beaucoup estiment qu'il a favorisé le candidat du parti au pouvoir Jovenel Moïse lors du premier tour.

Mardi 9 Février 2016

Lu 749 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs