Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un gouvernement d'ouverture pour débuter l'ère Macron

Une équipe qui respecte la parité hommes-femmes et mêle juniors et seniors, poids lourds politiques et nouveaux visages




Le nouveau président centriste français Emmanuel Macron a dévoilé mercredi son premier gouvernement, une équipe intégrant des personnalités de gauche, de droite, du centre et de la société civile, et marquée par une stricte parité hommes-femmes.
M. Macron voulait un casting en phase avec sa promesse de "renouvellement" politique et une équipe resserrée, à la fois "et de droite et de gauche", propre à rassembler avant la bataille décisive des législatives, les 11 et 18 juin.
Le gouvernement piloté par le Premier ministre issu de la droite modérée, Edouard Philippe, 46 ans, remplit cet objectif, fait valoir l'entourage présidentiel: il respecte la parité hommes-femmes, mêle juniors et seniors, poids lourds politiques et nouveaux visages.
"C'est le troisième acte de la stratégie de recomposition politique d'Emmanuel Macron, après son élection sur le thème +et de droite et de gauche+ et le choix d'un Premier ministre de droite", juge Olivier Ihl, professeur à Sciences Po Grenoble.
Les législatives marqueront "le moment ultime de cette stratégie, l'épreuve de vérité" pour le nouveau président, avertit le politologue, alors que ce scrutin va décider de la majorité avec laquelle M. Macron va pouvoir diriger le pays.
Signe de l'engagement qu'il attend de ses ministres en vue de ce rendez-vous essentiel, il a fait savoir que les ministres battus aux législatives devront démissionner.
Dans l'équipe gouvernementale rendue publique mercredi figurent cinq ministres issus du centre et de la droite: trois centristes pro-européens du parti Modem - François Bayrou (Justice), Sylvie Goulard (Armées) et Marielle de Sarnez (Affaires européennes) - et deux issus du parti de droite Les Républicains (LR): Gérald Darmanin (Action et comptes publics) et Bruno Le Maire (Economie).
Ce dernier a annoncé qu'il allait rencontrer lundi à Berlin le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble pour discuter de "l'avenir de la construction européenne".
MM. Le Maire et Darmanin ainsi que le Premier ministre ont été exclus de leur parti au nom de la "cohérence" et de la "clarté", a annoncé mercredi son secrétaire général Bernard Accoyer, alors que la droite est sortie meurtrie de l'élection présidentielle après l'élimination au premier tour de son candidat François Fillon.
"Nouveau gouvernement mais pas gouvernement du renouveau", a tweeté le chef du Parti socialiste (PS) Jean-Christophe Cambadélis, regrettant que la droite détienne des ministères clés. Jean-Luc Mélenchon, le leader de la gauche radicale, voyait dans cette équipe "un gouvernement de droite".
Le nouveau gouvernement compte cinq personnalités issues de la gauche, au premier rang desquels l'ex-ministre socialiste de la Défense de François Hollande, le poids lourd politique Jean-Yves Le Drian, 69 ans, qui hérite du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères. Sa "très grande expérience politique" a été saluée par son homologue allemand, Sigmar Gabriel.
Gérard Collomb, 69 ans, seul ténor socialiste à avoir soutenu dès le début Emmanuel Macron, devient ministre de l'Intérieur, tandis que le député PS Richard Ferrand, pilier de la campagne d'Emmanuel Macron, prend la charge d'un nouveau ministère dédié à "la cohésion des territoires".
Décidé à faire appel à de nouveaux visages, M. Macron, 39 ans et sans grande expérience politique, est parvenu à recruter des profils connus du public ou respectés dans leurs domaines d'activité.
L'ancien animateur de télévision et militant écologiste sans étiquette Nicolas Hulot, 62 ans, jusqu'ici réticent à intégrer un gouvernement, a franchi le pas et devient ministre de la "Transition écologique et solidaire". Un choix salué par les ONG qui y voient un "signal positif" et un "pari méritant d'être tenté", tandis que la patronne de la prestigieuse maison d'édition Actes Sud, Françoise Nyssen, 65 ans, a été nommée à la tête du ministère de la Culture.
Au ministère des Sports, l'ancienne championne d'escrime Laura Flessel, 45 ans, succède à d'autres grands sportifs comme le judoka David Douillet, le champion du 110 m haies Guy Drut ou l'ancien sélectionneur de rugby Bernard Laporte.
Autres représentants de la société civile intégrés: une professeur de médecine, Agnès Buzyn, en charge de la Solidarité et de la Santé, une chercheuse et présidente d'université, Frédérique Vidal, pour l'Enseignement supérieur et la Recherche, ou encore l'ancienne directrice des transports publics parisiens, Elisabeth Borne, aux Transports.
La présentation du gouvernement avait été retardée de 24 heures afin de vérifier la situation fiscale de chacun et l'absence de conflits d'intérêt, alors qu'Emmanuel Macron a fait de la "moralisation" de la vie politique une priorité, pendant une campagne présidentielle minée par les affaires.
Ce chantier figurera parmi les tout premiers de la nouvelle équipe gouvernementale, dont le premier Conseil a eu lieu jeudi matin.

Vendredi 19 Mai 2017

Lu 587 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs