Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un film sur les domestiques oblige le Brésil à se regarder dans la glace




“Une seconde mère”, film d’Anna Muylaert sur le rôle des employées de maison dans les foyers brésiliens, touche du doigt les inégalités sociales et le racisme dans un géant sud-américain en pleine récession.
Ce film à faible budget qui représentera le Brésil aux Oscars, en février 2016, raconte la vie d’une domestique au service d’une riche famille de Sao Paulo et met à nu l’ambiguïté des rapports patron-employé, empreints  d’interdits, bien enfouis sous une apparente bienveillance.
Sorti le 28 août dernier, alors que le Brésil, secoué par un scandale de corruption, subit un ralentissement économique et que le programme de gauche de  la présidente Dilma Rousseff est mis à mal par des coupes dans les dépenses sociales, “A que horas ela volta ?” (titre en portugais) oblige la première économie d’Amérique latine à se regarder dans la glace.
Dans “Une seconde mère”, l’actrice Régina Casé incarne Val, une domestique du nord-est pauvre. Elle a dû y laisser sa fille en bas âge pour se mettre au service de la famille dont elle traite le fils comme si c’était le sien. Ses patrons lui disent qu’elle est “presque de la famille” mais la traitent en citoyenne de seconde classe.
Son existence est bousculée par l’arrivée de sa fille qui vient à Sao Paulo pour entrer à l’Université. Peu à peu, elle fera prendre conscience à sa mère de sa condition jusqu’à ce que cette dernière abandonne son emploi et commence à vivre sa propre vie.
La présidente du syndicat des domestiques de Rio de Janeiro, Carli Maria  dos Santos, estime que ce film illustre une tendance réelle. “Il est très bon, surtout à la fin quand l’employée se libère et part. Les choses sont en train de changer”, déclare à l’AFP cette ancienne bonne de 62 ans.
Le Brésil, avec 204 millions d’habitants, compte plus de six millions de domestiques, la plupart employées de maison ou nounous, noires ou métisses. Elles font tellement partie du tissu social que les architectes prévoient  une chambre et une salle de bains pour elles dans les appartements de classe moyenne.
Ces emplois peuvent être l’occasion d’échapper à la pauvreté dans les endroits reculés de la 7ème économie de la planète mais cette industrie du service domestique renforce aussi le racisme et autres héritages de l’esclavage  aboli très tard au Brésil, en 1888.

Samedi 26 Septembre 2015

Lu 632 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs