Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un dialogue populaire pour réformer le système de la justice


Le SDJ appelle à une nouvelle grève nationale



Un dialogue populaire pour réformer le système de la justice
Les militants du Syndicat démocratique de la justice ne plieront pas l’échine dans leur combat contre le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid.
Lors du Conseil national du SDJ tenu le samedi après-midi au siège central de la FDT à Casablanca, les membres de ce Conseil ont appelé à l’organisation d’une grève dans le secteur de la justice juste après la marche nationale qui sera organisée le dimanche 31 mars par la FDT et la CDT à Rabat pour protester contre la politique antisociale du gouvernement présidé par le parton du PJD, Abdelilah Benkirane.
Selon Alaoui Charifi, la décision du Conseil national du SDJ est un message clair à Ramid selon lequel la répression ne peut dissuader les fonctionnaires de la justice de défendre leurs intérêts et leurs revendications.
Pour museler le SDJ, le ministre des « Libertés » a recouru à toutes les formes de répression. Notamment le bâton et  les ponctions sur les salaires de fonctionnaires grévistes sans se fonder sur un quelconque texte de loi justifiant clairement  cette décision. «C’est du pur despotisme », a clamé Alaoui Charifi, membre du bureau national du SDJ dans une déclaration à Libé. « Nous avons été malmenés et roués de coups à Ifrane et à Tanger. Et maintenant Ramid veut nous museler en utilisant l’arme des prélèvements sur les salaires des fonctionnaires qui participent à la grève. Il veut tout bonnement liquider l’action syndicale. C’est un délit très grave»,  clame-t-il.
D’un autre côté, le SDJ a organisé samedi matin un « dialogue populaire pour réformer le système de la justice » et ce parallèlement au dialogue national sur la réforme de la justice chapeauté par le ministère de la Justice et des Libertés. Plusieurs partis politiques ont été invités à ce « dialogue populaire » dont l’USFP, le PAM, Al Badil Al Hadari, et le MP.  
Pour rappel, le Bureau politique de l’USFP a décidé récemment de se retirer de ces commissions de dialogue initiées par le gouvernement, car « elles sont devenues sans intérêt, confirmant le fait que pour enterrer une affaire, il suffit de lui créer une commission issue des commissions du gouvernement actuel. Un Exécutif qui se caractérise par la monopolisation des décisions et des visions inhérentes à la logique de la pensée unique », a précisé un communiqué du parti de la Rose.

Mourad Tabet
Lundi 25 Mars 2013

Lu 511 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs