Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un dernier carré «show» pour la 29ème CAN




Un dernier carré «show» pour la 29ème CAN
Mali-Nigeria à 15 heures à Durban et Ghana-Burkina Faso à 18h30 à Nelspruit, telles sont les deux affiches de ce soir pour le compte des demi-finales de la Coupe d’Afrique des nations dont les phases finales se déroulent actuellement en Afrique du Sud.
L’explication devant mettre aux prises Maliens et Nigérians se présente donc comme un choc de titans entre deux grosses pointures qui ont monté en puissance au fil des matches. Deux sélections qui comptent dans leurs tableaux de chasse, l’Afrique du Sud pour le Mali et la Côte d’Ivoire pour le Nigeria, de sacrées cylindrées éliminées au stade des quarts de finale.
En mettant un terme aux parcours du pays hôte et de la Côte d’Ivoire et de son armada de stars, les Maliens et les Nigérians ont gagné davantage en confiance et voudraient à tout prix aller jusqu’au bout de leurs objectifs. Le Nigeria, version 2013, a été une jolie surprise pour bon nombre d’observateurs. Une équipe jeune où joueurs expatriés et locaux ont réussi à produire un football où qualité et efficacité sont allées de pair. La mayonnaise a pris grâce au sélectionneur Stefan Keshi qui connaît très bien le football africain et qui aspire à ce que ses poulains renouent avec la consécration africaine pour la troisième fois après leurs titres en 1980 et 1994. Sauf que ce n’est pas gagné d’avance devant les coéquipiers de Seydou Keita dont la meilleure performance reste une troisième marche du podium lors de la CAN 1992. Ils ne manqueront certainement pas de jouer à fond leur chance, non seulement pour eux-mêmes mais aussi pour leur peuple qui connaît des moments difficiles.
La deuxième confrontation opposant le Ghana et le Burkina Faso s’annonce, sur le papier, à la portée des Black Stars, beaucoup plus aguerris à ce stade de la compétition.
Quadruples lauréats de l’épreuve, les Ghanéens ont confirmé tout au long de ce tournoi leur statut de favori, en dominant la phase de poules, avant de sortir la révélation de cette Coupe d’Afrique, à savoir le Cap-Vert. Pour gonfler à bloc le moral de ses joueurs, le sélectionneur ghanéen James Kwesi Appiah a su trouver les mots justes, en réitérant : «J’avais été un de ceux qui ont eu la chance de gagner la CAN, en 1982, et j'ai mon nom dans les livres d'histoire. C'est à leur tour d'y inscrire les leurs. Comme ça, ils pourront dire plus tard qu'ils ont gagné la Coupe d'Afrique. C'est quelque chose qui nous motive".
Les Burkinabés, pour qui ce tour se perçoit comme du bonus, tâcheront certainement de vendre cher leur scalpe. Surtout qu’ils ont un avantage qui n’est pas des moindres. Ils connaissent parfaitement le stade de Nelpsruit après s’y être produit à quatre reprises contrairement aux Ghanéens dont ce sera le premier match.

Mohamed Bouarab
Mercredi 6 Février 2013

Lu 112 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs