Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un début peu encourageant pour les marchés financiers

L’exercice 2016 entamé sur une note négative




Globalement, les marchés boursiers entament l'exercice 2016 sur une note négative, plombés notamment par la dégradation des perspectives économiques des pays émergents sous le poids du ralentissement de l'économie chinoise et de la chute des prix du pétrole.
Aux Etats-Unis, les statistiques économiques demeurent positives, avec des chiffres de l'emploi supérieurs aux attentes pour le mois de décembre et un salaire horaire en hausse de 2,5%, relève la société de bourse Upline Securities.
Cependant, les performances financières décevantes de quelques sociétés cotées ont poussé l'indice Dow Jones à afficher une contre-performance de 5,5% au premier mois de l'année, a-t-elle fait remarquer.
En Europe, la Banque centrale européenne (BCE) a réitéré son appui inconditionnel au redressement économique de la zone Euro. En effet, l'organisme central a annoncé qu'il a "le pouvoir, la volonté et la détermination d'agir" et qu'il n’y a pas de limite à son action.
Dans son rapport mensuel "Upline Monthly", la filiale du Groupe Banque Populaire note, toutefois, que les marchés boursiers européens ont été négativement impactés par les retombées de la dégradation de la conjoncture des pays émergents.
En effet, la situation économique est plutôt tendue au sein des marchés émergents. Outre la Chine qui a affiché une croissance 2015 inférieure au seuil de 7% (6,9%), le Fonds monétaire international (FMI) a procédé à une révision à la baisse des taux de croissance de 2016 et 2017 pour le Brésil et les pays impactés par la baisse du cours du baril, ajoute la même source.
Pour sa part, le marché marocain parvient à limiter la contraction mensuelle de son principal indice à -0,3%.
Ainsi, en termes de valorisation, le marché marocain cote à 19,7x ses bénéfices 2014, contre une moyenne de 16,7x pour l'échantillon considéré.
Ce dernier est composé de 12 des principales places financières internationales en plus de celle de Casablanca.
Par ailleurs, le Price-to-Book (P/B), cours sur actif net, du marché marocain atteint 2,1x contre une moyenne de 1,5x pour le même échantillon.
En termes de rétribution des dividendes, les analystes d'Upline soulignent que la place marocaine continue de figurer, sur le podium des marchés à rendement avec un Dividend Yield (D/Y), ou le dividende par action rapporté au cours, de 4,6%, derrière la République Tchèque et la Russie.

 

Libé
Jeudi 4 Février 2016

Lu 260 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs