Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un crâne vieux d’1,8 million d’années bouleverse l’histoire de l’espèce humaine




Un crâne vieux d’1,8 million d’années bouleverse l’histoire de l’espèce humaine
Et si les chercheurs s’étaient trompés au sujet de l’évolution de l’espèce humaine ? Aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est bel et bien ce que suggère une nouvelle étude publiée par des chercheurs suisses et géorgiens dans la revue Science. A l’origine de ces travaux : un crâne vieux de 1,8 million d’années découvert en Géorgie, dans un village appelé Dmanisi. Celui-ci est l’un des plus anciens sites connus pour avoir été peuplé par les ancêtres de l’Homme une fois ceux-ci sortis d’Afrique.
Les archéologues ont d’ailleurs déniché à Dmanisi la collection la plus complète d’ossements, crânes et mâchoires, d’Homo erectus. Le nouveau crâne découvert il y a 5 ans maintenant, est le fossile le mieux préservé d’un ancêtre de l’homme connu à ce jour. Baptisé «crâne 5», il a été trouvé à côté des restes de quatre autres crânes, tous associés au même lieu et à la même époque. Toutefois, le fossile a présenté des caractéristiques tout à fait étonnantes, des caractéristiques similaires à celles de la même époque retrouvés en Afrique.
C’est du moins ce qu’estime actuellement la majorité des scientifiques au vu des nombreuses découvertes réalisées jusqu’ici. Mais le «crâne 5» bouleverse complètement cette théorie et suggère qu’il n’y aurait pas eu plusieurs hominidés présents à cette époque en Afrique et en Europe, mais une seule et même espèce globale. En effet, les chercheurs ont constaté que le crâne possédait une face longue, une mâchoire massive et de grosses dents, le tout associé à une petite boîte crânienne.
D’après l’étude, cette dernière mesurerait environ le tiers de celle retrouvée chez les hommes modernes et ne serait pas plus grosse que celle de la plupart des fossiles primitifs africains. C’est la première fois qu’une telle combinaison de caractéristiques est observée sur un fossile d’Homo. Le niveau de variation d’un fossile à l’autre est normalement utilisé pour définir des espèces séparées. Mais les scientifiques estiment que les différences observées entre le crâne 5 et les quatre autres ne sont pas si importantes. «Les individus de Dmanisi appartiennent tous à une population d’une espèce unique d’Homo. Les cinq individus de Dmanisi sont sensiblement différents, mais pas plus différents que cinq individus modernes ou cinq chimpanzés d’une population donnée», a expliqué Christoph Zollikofer, de l’institut d’anthropologie de l’université de Zurich.
Au cours de leur étude, les scientifiques ont également enquêté sur le niveau de variation existant chez des fossiles d’Homo trouvés en Afrique. Ils ont constaté un niveau de diversité comparable à celui observé chez les fossiles de Dmanisi. D’après les chercheurs, les fossiles ne traduiraient donc pas l’existence de plusieurs espèces différentes vivant dans des habitats propres mais des variants d’une seule lignée qui aurait émergé en Afrique et qui aurait été capable de se spécialiser dans une variété d’habitats.

Maxisciences
Jeudi 24 Octobre 2013

Lu 548 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs