Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un colonel de la Guardia civil impliqué dans un trafic de drogue depuis le Maroc


Un attentat déjoué en France grâce à des informations des services secrets espagnols



Un colonel de la Guardia civil impliqué dans un trafic de drogue depuis le Maroc
Un haut gradé de la Guardia civil espagnole est accusé par la police de recevoir des pots-de-vin des trafiquants de drogue. Il s’agit, en l’occurrence, du colonel Francisco García Santaella qui, selon El Pais, avait reçu 480.000 euros d’une organisation criminelle qui introduit le haschich provenant du Maroc. D’après les investigations de la police espagnole, le colonel  avait pour mission d’«organiser, de planifier, de diriger et d’assurer» l’introduction de la drogue en Espagne et en contrepartie il recevra des pots-de-vin». C’est l’enquête de la police avec des trafiquants de drogue qui a révélé le nom de ce haut gradé de la Guardia civil.
Le procès-verbal a indiqué que le colonel «avait pris part au moins à trois opérations d’introduction de drogue» entre 2005 et 2006 quand il était commandant dans la ville de Grenade. Suite à ces révélations, la Direction générale de l’Institut de l’armée a décidé en avril dernier de le destituer. 
Par ailleurs, les médias espagnols ont informé que les investigations de la Guardia civil ont permis de sauver la France d’un attentat terroriste contre une salle de concert.
L’agence espagnole Europa Press a précisé qu’un jihadiste marocain résidant en Espagne arrêté en Pologne, avait  avoué qu’un autre jihadiste devait retourner de Syrie et regagner l’Europe en vue de perpétrer un attentat terroriste en France.
Cette information a été vite transmise par les autorités espagnoles aux services secrets français qui, après des semaines de surveillance, ont pu appréhender le jihadiste en question. La même source a souligné que celui-ci a passé une semaine à Raqqa (en Syrie) qui constitue «le bastion de l’Etat islamique (Daech)», mais elle n’a pas précisé la nationalité de ce terroriste arrêté en France. Par ailleurs, BFMTV a affirmé qu’il s'agit d'un djihadiste français dénommé Réda «qui a séjourné en Syrie au mois de mai. C'est là qu'il aurait reçu pour instruction de perpétrer une attaque dans une salle de concert, un lieu très fréquenté où il aurait pu faire un maximum de victimes».  Et d’ajouter que «le suspect n'a vraisemblablement passé que six jours en Syrie. Blessé à la jambe par une grenade lors d'un entraînement, il est retourné en France via un itinéraire assez compliqué: Gaziantep, Istanbul,  Varsovie, Prague, Amsterdam puis Paris. Il était censé recontacter le commanditaire à son arrivée». Même si ce jihadiste «n'avait pas encore choisi de date ni de lieu de son attentat et n'avait pas non plus acheté d'armes», les autorités sécuritaires françaises ont estimé que « son projet était suffisamment sérieux, pour l'arrêter».
Par ailleurs, Europa Press a souligné que le jihadiste marocain qui a voyagé en Syrie, se trouve actuellement dans une prison espagnole.
 

T. Mourad et A. El-Katab
Lundi 21 Septembre 2015

Lu 1398 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs