Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un colloque en hommage à Fatéma Mernissi




"Mille et une facettes de l’œuvre et de la vie de Fatéma Mernissi" est l’intitulé du premier colloque international, organisé dans le cadre de la chaire Fatéma Mernissi, qui aura lieu à Rabat du 30 novembre au 2 décembre, avec
la participation d’une pléiade d’intervenants nationaux
et étrangers et de proches de la défunte.

Témoignages et activités scientifiques et artistiques sont au
programme

Il s’est passé exactement un an depuis l’annonce de la disparition de Fatéma Mernissi, la pasionaria du féminisme musulman, icône de la cause des femmes et de la démocratie,  maintes fois désignée parmi les cent femmes les plus influentes du monde arabo-musulman.
En hommage à la défunte sociologue et écrivaine, un colloque sera organisé sous le thème «Mille et une facettes de l’œuvre et de la vie de Fatéma Mernissi». "Ledit colloque débute par l’inauguration du siège de la chaire à l’Université Mohammed V à Al Irfane-Rabat, le mercredi 30 novembre à 11h00. L’événement connaîtra une alternance d’activités scientifiques, de témoignages et de moments artistiques", précise un communiqué des organisateurs.
 Créée par HEM Business School et l’Université Mohammed V de Rabat, en hommage à la sociologue marocaine disparue le 30 novembre 2015, la chaire Fatéma Mernissi est portée et coordonnée par le Cesem, centre de recherche de HEM, d’un côté, et la Faculté des lettres et des sciences humaines Rabat-Agdal, d’un autre côté.
Pendant les différents événements du colloque, chercheurs, artistes, journalistes, professeurs politiciens, vont contribuer à la réflexion sur une série de thématiques, dont "Femmes/ hommes, société et démocratie", "Dynamiques locales et jeunes à l’ère de la mondialisation", "Economie réelle et entrepreneuriat social" et "Questions culturelles et enjeux médiatiques".
 Outre une "présentation en images" de l’artiste-plasticienne Latifa Tijani à la Faculté des lettres, la cérémonie d’ouverture, qui sera modérée par Aicha Belarbi, sociologue et membre de la chaire Fatéma Mernissi, sera émaillée d’une série d’interventions, dont celles de Jamal Eddine El Hani, doyen de la Faculté des lettres, Said Amzazi, président de l’Université Mohammed V, Abdelali Benamour, président fondateur de HEM, Omar Azziman, président du Conseil supérieur de l’enseignement, et de Layla Chaouni, directrice des éditions Le Fennec.
Cette cérémonie, qui sera l’occasion de projeter "Shéherazade veut un ordinateur", un film inédit sur Fatéma Mernissi, réalisé par Mohamed Abderrahmane Tazi, sera marquée par la présentation de la chaire Fatéma Mernissi par Mokhtar El Harras et Driss Ksikes, les deux coordonnateurs de cette chaire, outre une conférence d’ouverture intitulée "Ethique d’un chercheur", animée par le philosophe Abdou Filali Al Ansary.
Les deux coordonnateurs de la chaire Fatéma Mernissi assurent que cette chaire se veut un projet de diffusion des idées de la défunte sociologue et de perpétuation de son esprit, un espace stimulant pour tisser des liens entre les espaces académique, civique et médiatique.
 Cette chaire cherche à faire dialoguer ses travaux avec d’autres tout aussi fertiles en idées, d’ici et d’ailleurs, octroyer des bourses à des jeunes chercheurs ayant des démarches innovantes, accorder des prix à ceux qui se distinguent par la qualité de leurs recherches, ajoute-t-on.
 Née en 1940 à Fès, Fatéma Mernissi a fait ses études à Rabat puis en France et aux Etats-Unis où elle a animé de nombreux séminaires. Depuis les années 80, elle enseigne à l'Université Mohammed V de Rabat. Sociologue et écrivaine de renom, elle mène en parallèle un combat pour l’égalité et l’émancipation de la femme, et crée les "Caravanes civiques" et le collectif "Femmes, familles, enfants". La défunte, qui s’est intéressée au statut de la femme dans l’islam, a écrit de nombreux ouvrages qui ont été traduits dans plusieurs langues dont "Sexe, idéologie et Islam", "Le Harem politique", "Sultanes oubliées", "Le Monde n'est pas un harem" et "Chahrazade n'est pas marocaine". En mai 2003, l’illustre intellectuelle reçoit, avec Susan Sontag, le prestigieux Prix Prince des Asturies. En novembre 2004, sa riche biographie et son combat pour l’égalité des genres ont été récompensés par le Prix Erasmus, décerné par la Fondation néerlandaise Erasmus, ex aequo avec l’auteur syrien Sadik Jalal Al-Azm et l’Iranien Abdulkarim Soroush. Fatéma Mernissi a été également choisie en 2003 comme membre du comité des Sages pour le dialogue des civilisations, mis sur pied par la Commission européenne sous la présidence de Romano Prodi.

Mehdi Ouassat
Vendredi 25 Novembre 2016

Lu 1173 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs