Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un attentat dans un centre de retransmission de la Coupe du monde fait 21 tués à Damaturu au Nigeria

Le football est considéré comme une perversion occidentale par Boko Haram




Un attentat dans un centre de retransmission de la Coupe du monde fait 21 tués à Damaturu au Nigeria
Au moins 21 personnes ont péri mardi soir au Nigeria dans l'explosion d'une bombe près d'un centre de retransmission de matches de la Coupe du monde de football, un sport dénoncé comme une perversion occidentale par Boko Haram. Cet attentat, qui a eu lieu à Damaturu, capitale de l'Etat de Yobe (nord), n'a pas été revendiqué. Il est le dernier d'une longue série d'attaques sanglantes, désormais quasi quotidiennes, attribuées au groupe islamiste armé, qui détient toujours 219 lycéennes enlevées mi-avril.
Selon des habitants, la bombe avait été dissimulée dans un pousse-pousse motorisé devant le centre de retransmission, dans le quartier de Nayi-Nama, où une foule s'était rassemblée mardi soir pour regarder le match Brésil-Mexique sur grand écran. Les victimes sont de jeunes hommes et des enfants.  Plusieurs centres de retransmission et terrains de football ont été attaqués récemment au Nigeria. Le 1er juin, plus de 40 personnes avaient péri dans le Nord-Est lorsqu'une bombe avait explosé au milieu de supporteurs sur un terrain, juste après un match. En avril déjà, des hommes armés avaient attaqué un centre de retransmission à Potiskum, autre ville de l'Etat de Yobe, pendant un match de quart de finale de la Ligue des Champions, tuant deux personnes.
Ces attaques, qui n'ont pas été revendiquées, ont été attribuées à Boko Haram, dont le chef Abubakar Shekau, dans de nombreuses vidéos, a décrit le football comme une perversion occidentale visant à éloigner les musulmans de la religion. Le football est le sport national au Nigeria, dont la population le suit avec une ferveur confinant au fanatisme. La Coupe du monde aurait dû normalement rassembler d'immenses foules devant les matches, notamment pour soutenir les Super Eagles, l'équipe nationale, qui a remporté la dernière Coupe d'Afrique des Nations. Mais de nombreux Nigérians ont décidé de rester chez eux par précaution. Les Etats d'Adamawa, de Borno (le fief originel de Boko Haram) et de Yobe sont sous loi martiale depuis mai 2013. La mesure était destinée à faire baisser les violences, sans succès pour l'instant - au contraire, les attaques se sont multipliées. Les violences perpétrées par Boko Haram, dont le nom signifie "L'éducation occidentale est un péché" en haoussa, la langue la plus parlée dans le Nord, ont déjà fait plus de 2.000 morts cette année. Les actions du groupe se sont encore intensifiées après l'enlèvement des lycéennes le 14 avril à Chibok, dans le Nord-Est. Depuis, des villages entiers de la région ont été rasés, des centaines de personnes tuées et l'aviation a effectué des frappes.
 

AFP
Jeudi 19 Juin 2014

Lu 76 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs