Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un attentat dans le métro londonien fait plusieurs blessés

May solidaire des blessés de l'attentat




Plusieurs personnes ont été blessées vendredi matin à l'heure de pointe dans une station du métro londonien à la suite d'un acte qualifié de "terroriste" par Scotland Yard, des témoins racontant une explosion dans une rame qui a brûlé plusieurs personnes au visage.
"Plusieurs personnes ont été blessées", a déclaré la police dans un communiqué, ajoutant que Neil Basu, un responsable de l'anti-terrorisme, avait qualifié l'incident d'acte "terroriste".
L'attentat - le cinquième en six mois à Londres - s'est produit vers 08H20 (07H20 GMT) dans la station de Parsons Green, située dans un quartier aisé du sud-ouest de la capitale britannique.
Alors que plusieurs témoins cités par les médias britanniques ont dit avoir vu et entendu une explosion dans une rame, la police a indiqué qu'il était "trop tôt" pour déterminer la nature exacte de cet attentat.
Dans la matinée, les environs de la station étaient bouclés par la police, qui a dressé un cordon de sécurité et posté des hommes équipés de fusils d'assaut.
Les services d'ambulance et les pompiers se trouvaient également sur place, avec du personnel entraîné à intervenir dans des conditions dangereuses.
Tenue informée de l'évolution de la situation, la Première ministre Theresa May a adressé "ses pensées" aux blessés et aux services d'urgence qui, "une fois de plus, ont réagi rapidement et courageusement à un incident terroriste présumé".
La cheffe de l'exécutif devait présider une réunion d'urgence de son cabinet dans l'après-midi.
L'attentat, non revendiqué à ce stade, intervient dans un contexte de menace terroriste après une vague d'attentats revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique ces derniers mois au Royaume-Uni.
Selon des témoins cités par le journal The Sun, une "explosion" s'est produite dans une rame du métro, blessant des passagers, brûlés au visage. Une journaliste du site Metro.co.uk, présente sur place, a elle aussi évoqué des personnes blessées au visage.
Des photos diffusées sur Twitter montraient ce qui pourrait être l'origine de l'attentat: un seau blanc en train de brûler dans un sac en plastique de supermarché à l'intérieur d'une rame de métro, à proximité des portes automatiques, et dont sortaient des fils électriques.
Selon Sky News, la police étudie la piste d'un engin artisanal qui n'a pas totalement explosé.
Un témoin, Peter Crowley, a dit avoir vu "une boule de feu", et posté sur son compte Twitter des photos montrant son front brûlé.
Un autre témoin cité par l'agence Press Association, Richard Aylmer-Hall, 52 ans, a lui décrit une véritable scène de "panique".
"C'était la panique, beaucoup de gens criaient, hurlaient", a-t-il dit. "Il y avait une femme qui a dit avoir vu un sac, un flash et un bang. De toute évidence quelque chose a explosé", a-t-il dit. "J'ai vu deux femmes se faire soigner par des ambulanciers".
La journaliste de la BBC Riz Lateef, qui se trouvait dans la station pour se rendre à son travail, a également évoqué une scène de "panique" et "des gens qui se précipitaient hors du train".
Un autre témoin, Robyn Frost, arrivait elle à la station quand elle a vu des gens fuyant le métro.
"Je suis entrée dans la station, il y avait du sang sur le sol et des gens qui se précipitaient dans les escaliers en criant +sortez!+", a-t-elle dit, sur la BBC.
Sur place, des habitants qui ne pouvaient pas rentrer chez eux étaient assis sur trottoir et tentaient de glaner des informations sur leurs téléphones, tandis que les commerces aux alentours leur offraient du thé ou du café.
Peu après l'attentat, le maire de Londres Sadiq Khan a condamné les "individus ignobles qui tentent d'utiliser le terrorisme pour nous toucher et détruire notre mode de vie".
"Mais nous nous laisserons jamais ni intimider ni battre par le terrorisme", a-t-il assuré.
En mars à Londres, un assaillant avait utilisé un véhicule pour percuter des passants sur le pont de Westminster avant de poignarder un policier, faisant 5 morts.
En juin, des assaillants à bord d'une camionnette avaient foncé contre des passants sur le London Bridge avant d'en poignarder plusieurs dans le quartier de Borough Market, faisant 8 morts.
En mai, un kamikaze s'était fait exploser avec une bombe artisanale à la sortie d'un concert d'Ariana Grande à Manchester (nord), faisant 22 morts.
Un autre attentat avait visé des fidèles près de la mosquée londonienne de Finsbury Park en juin, perpétré par un homme qui avait foncé contre la foule, faisant une dizaine de blessés.

Samedi 16 Septembre 2017

Lu 647 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs