Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un artiste veut brosser le portrait des 8 millions de New-Yorkais




L'artiste Jason Polan ne risque pas de se trouver à court de modèles: dans son projet de brosser le portrait de chaque habitant de New York, il lui reste à peu près 8 millions de visages à dessiner.
Le projet a l'air fou, mais ce jeune homme de 28 ans est sérieux. Chaque jour, il sort avec stylo et carnet à dessins, et poste les résultats sur son site (http://everypersoninnewyork.blogspot.com/). En trois ans, il en a fait environ 14.000.
"Je sais que je n'y arriverai pas, mais j'aime l'idée d'essayer", dit-il.
Ce jeune homme tranquille, qui porte lunettes et anorak et se fond facilement dans la foule, se poste ce jour-là successivement dans plusieurs coins de la gare de Grand Central, et dessine inlassablement des esquisses.
Ses modèles bougent beaucoup, mais il a appris à crayonner rapidement, regardant à peine le papier.
En quelques minutes, il a déjà croqué un homme avec une attelle, arrêté et parlant sur son portable, une femme avec un long paquet, un homme coiffé d'un feutre.
Illustrateur de profession, Jason Polan a le goût des séries. Il a déjà dessiné toutes les œuvres du MoMa --le musée d'art moderne de New York--, et même chaque grain de maïs éclaté d'un paquet de pop-corn.
Et s'il est par nature très doux, il n'en scrute pas moins les foules avec la concentration d'un chasseur.
Ce qu'il lui faut, c'est surtout un trait caractéristique de l'allure du personnage: le dessin doit être vivant, et surtout pas embelli après. "Il me faut de l'authenticité", dit-il.
L'anonymat est important. Jason Polan ne demande jamais la permission, et se maintient à distance pour ne pas être repéré.
Seule exception, il invite sur son site les gens à lui donner des rendez-vous. Donnez-lui une heure, un lieu et une brève description de vous-même, il viendra -- mais vous ne saurez probablement pas s'il est là.
"J'aime me cacher. J'aime arriver plus tôt que l'heure convenue pour qu'il y ait un élément de surprise pour eux quand ils consultent le blog ce soir-là et se demandent s'ils y sont", dit-il.
Quand il a du temps, Polan parcourt les rues, les restaurants, les musées et les environs de New York. Il lui arrive de croquer des célébrités: les actrices Catherine Deneuve ou Judith Godrèche en marge d'une retrospective à la cinémathèque du BAM, Andre Agassi, John McEnroe et Ivan Lendl lors d'un tournoi à Madison Square Garden.
Ce jour-là à Grand Central, l'artiste a notamment croqué Susan Dunlap, 43 ans. Elle lisait un livre en attendant son train, et n'avait aucune idée de ce qui se passait. A la vue du croquis intitulé "Femme à Grand Central", elle apprécie l'expérience et n'est pas étonnée, étant née dans cette ville où tout est possible.
Polan a aussi fixé sur le papier Carlo Dioguardi, un élégant vieux monsieur de 75 ans installé dans un des fauteuils du sous-sol de la gare, où se trouvent les restaurants.
"C'est plutôt bien!" dit l'homme, qui trouve le portrait ressemblant.
Il y a 50 ans, M. Dioguardi avait déjà été croqué par un artiste, qui s'était révélé être le peintre espagnol Salvador Dali. "Je vais l'accrocher près du Dali", dit-il satisfait.

AFP
Vendredi 11 Mars 2011

Lu 413 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs