Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un artiste marocain réalise un monument en hommage aux victimes des attentats de Paris et de Bruxelles




L’artiste marocain Mustapha Zoufri vient de réaliser un monument qui sera érigé dans la commune bruxelloise de Molenbeek, en hommage aux victimes des attentats de Paris et de Bruxelles. Ce monument intitulé «La flamme de l’espoir», a été réalisé en partenariat avec le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) et la commune de Molenbeek-Saint-Jean. Conçue en acier inoxydable sous forme d’un  parallélépipède de 2m70 de hauteur sur 1m25 de largeur, l’œuvre de Mustapha Zoufri est constitué d'une superposition de mots, un langage imaginaire et abstrait.
Le monument sera installé début novembre devant le siège de la commune de Molenbeek. Il symbolisera le vivre-ensemble et l’esprit de tolérance qui a toujours marqué les relations sociales dans les quartiers bruxellois.
«Cette sculpture était prévue initialement pour célébrer les 50 ans de l’immigration marocaine, puis il y a eu les attentats de Paris et ceux de Bruxelles qui nous ont plongés dans une tristesse infinie », a confié M. Zoufri à la MAP. « Je vis dans cette commune depuis très longtemps. Molenbeek a souffert depuis ces attentats et ce monument est un hymne à la vie. Une flamme de l’espoir», a affirmé l’artiste marocain qui défend un art qui « ne doit pas rester dans les galeries mais servir d’expérience et de message aux jeunes ». Ce monument est, selon lui, « une façon de dire non au terrorisme, non à ces jeunes égarés qui se radicalisent et commettent des crimes contre des innocents».
Lauréat de l'Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles et de l'Ecole supérieure des arts visuels de Mons, Mustapha Zoufri, 57 ans, a beaucoup travaillé sur la mosaïque moresque et arabo-musulmane, en particulier sur la naissance des formes via l'exercice géométrique et arithmétique (carré magique / carré de l’harmonie).
Il s’est ensuite, penché sur l’abstraction lyrique, influencé en cela par Gérard Schneider, Matisse, Paul Klee, Kandinsky, Miro ou encore Belkahia. Quand il n’est pas au chevet de ses lettres, de ses toiles, il s’adonne à ses autres talents de sculpture et gravure notamment.

Samedi 24 Septembre 2016

Lu 537 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs