Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un MAS en crise à la recherche d’un aura perdu face au KACM




Un MAS en crise à la recherche d’un aura perdu face au KACM
MAS-KACM, ouvrira ce vendredi en nocturne (19 heures) au Complexe sportif de Fès, la huitième journée de la Botola Pro Elite 1. Le MAS qui reste sur quatre défaites d’affilée, vient de remercier son jeune entraîneur Tarik Sektioui à mi-chemin de la phase aller et a engagé le Suisse Charly Roessli qui, la saison passée, œuvrait chez le voisin de palier, le WAF, lui aussi en proie à une crise de résultats actuellement puisqu’il est le porteur du bonnet d’âne patenté de l’exercice.
Pour en revenir à la rencontre en elle-même, qui quoique l’on en dise, fait partie du lot de ces classiques, qui de tous temps, ont pimenté ce bon vieux championnat, elle se jouera sous pression du moins pour les Massaouis qui auront pour mission première d’arrêter l’hémorragie. La tâche ne s’annonce pas de tout repos, car elle devra être réalisée face à un adversaire peu commode du nom de KACM. Ce dernier qui se complaît dans son rôle de dauphin et qui au demeurant et pour le moment lui sied bien en dépit de l’accroc de dimanche passé où il avait été contraint au nul par un FUS ressuscité, ne se déplacera pas à Fès pour faire de cadeau, que les Fassis se rassurent sur ce dessein.
Aussi, le MAS devra s’attendre sur sa pelouse à une réplique tout à fait à la hauteur des ambitions marrakchies. Le KACM qui a fait de la stabilité son mot d’ordre en gardant à quelques exceptions près, pratiquement l’effectif avec lequel Hicham Dmii a réussi la montée et en y apportant quelques touches qui avec le déroulement du championnat se sont avérées judicieuses à l’image d’un Soufiane Alloudi époustouflant et au summum de sa forme, jouera le MAS pour les trois points et l’occasion s’y prête fort.
Le MAS qui, au point de vue de son effectif, n’a rien à envier à son vis-à-vis du jour, se ressent plutôt d’autre chose, sa poche, un mal commun à la plupart de nos équipes et qui à chaque saison nous ressassent une rengaine d’assistés pour ne pas dire de mendiants que l’on ne saurait plus entendre. Le jour où nos dirigeants comprendront, qu’il est une gestion collatérale qui n’a rien à voir avec celle « souakia » qu’ils pratiquent mordicus, on devrait voir le bout du tunnel.

Mohamed Jaouad Kanabi
Vendredi 8 Novembre 2013

Lu 1244 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs