Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“USFP-migrations : questions, enjeux et perspectives”

Driss Lachgar : «Il y a toujours eu des relations fusionnelles entre les Marocains du monde et le Parti des forces populaires»




“USFP-migrations : questions, enjeux et perspectives”
«Nul besoin de rappeler que durant les années de plomb, les émigrés ont fortement soutenu les militants qui périssaient au fond des geôles. Leurs contributions financières étaient très conséquentes». Une phrase prononcée par le Premier secrétaire de l’USFP lors de la séance d’ouverture de la journée d’étude organisée, samedi dernier, à Rabat et modérée par Abdelmaksoud Rachdi, membre du Bureau politique et président du Réseau  euro-méditerranéen.
Tenue sous le thème : «USFP migrations : questions, enjeux et perspectives», cette journée a mis en relief les relations fusionnelles qui ont toujours existé entre les Marocains du monde et le Parti des forces populaires.
Concernant le sujet initial de la rencontre, le Premier secrétaire a tenu à rappeler que les liens entre la population d’émigrés et les militants ont toujours été préservés. «Depuis, a ajouté Driss Lachgar, l’émigration a beaucoup évolué et il s’avère nécessaire de suivre le mouvement. A cet effet, nous sommes tenus de faire  de l’émigration une valeur ajoutée d’autant plus qu’elle jouit d’une double culture, voire d’une double citoyenneté, d’où une facilité d’intégration». A ce propos, a-t-il rappelé, le parti de la Rose a toujours veillé à ce que  les  émigrés jouissent de leurs droits politiques, économiques, culturels…De même qu’il a  milité pour que le droit de vote soit accordé aux étrangers, l’objectif étant évidemment qu’il en soit de même pour nos compatriotes. Pour aller de l’avant et donner une nouvelle impulsion à nos instances, rien de tel que d’adopter  une nouvelle approche de l’émigration  à travers une ouverture sur les nouvelles générations en mettant à profit les performances des jeunes et les nouvelles technologies.
Par ailleurs, le Premier secrétaire a tenu à préciser que cet événement deviendra annuel. Il  aura lieu, soit au Maroc, soit dans l’un des  pays qui comptent une émigration marocaine (France, Espagne, Belgique…). Des congrès régionaux s’y tiendront dont le calendrier sera établi lors de cette rencontre.
Cette journée d’étude qui a vu l’organisation de plusieurs ateliers animés par des intervenants très impliqués dans la problématique de l’émigration, a également été marquée par d’autres importantes interventions.
C’est ainsi que Mohamed Amer, député USFP et ex-ministre chargé de la Communauté marocaine résidant à l’étranger, a fait savoir que les attentes les plus importantes pour les ressortissants marocains résidant à l’étranger ont trait à l’opérationnalisation des mesures constitutionnelles. L’Etat marocain est de ce fait tenu d’assurer la protection des droits de l’ensemble des ressortissants comme la protection des relations humaines et culturelles. Et ce n’est sûrement pas sans rapport avec le thème de l’identité. L’Etat est également tenu de promouvoir leur participation au développement de leur pays d’origine et de garantir leur contribution politique et leur droit de vote dans les pays d’accueil.
Salaheddine El Manouzi, coordinateur de la Commission nationale ittihadie des Marocains du monde, quant à lui, a fait part de l’aspect symbolique de cette rencontre au siège central de l’USFP à Rabat. Précisant que la particularité de l’immigration marocaine est sa diversité géographique, sachant que le pays d’origine reste au cœur de toutes les générations. Ajoutant que cette journée d’étude aspire à ce qu’elle contribue à la mise en œuvre des droits constitutionnels des Marocains du monde et ce, en partant d’une critique et d’une autocritique des étapes précédentes jusqu’à l’élaboration des suggestions dans le champ de l’édification institutionnelle et des mécanismes de la mise à niveau démocratique des conseils participatifs, tout en s’arrêtant sur la marginalisation des compétences démocratiques de la précédente étape.
Mohamed El Khachani, professeur à la Faculté de droit de Rabat-Agdal et secrétaire général de l’Association marocaine des études et de la recherche sur l’immigration,  a rappelé que le Maroc compte 4,5 millions d’immigrés, soit un taux de 13% de la population, selon une enquête.
L’universitaire rappelle entre autres que ce travail de terrain évoque la problématique d’intégration aux pays d’accueil. Précisant à ce propos le taux élevé du chômage, prenant comme exemple l’Espagne où il est de 60% pour les Marocains et de 25% pour les Espagnols, sans omettre le fléau du racisme dont les ressortissants marocains sont victimes, surtout en France, en Espagne et en Belgique.
Driss Lachgar n’a pas laissé passer l’occasion pour faire part de la condamnation de l’USFP de l’extrême violence dont ont fait l’objet les manifestants qui ont protesté en masse contre la libération du pédophile notoire Daniel Galvan dans le cadre de la grâce spéciale qui a concerné en tout 48 prisonniers espagnols. Profondément outré, Driss Lachgar qualifie cette violence d’inacceptable. Il n’a pas manqué d’évoquer cette affaire qui a défrayé la chronique et d’en retracer les grands traits « ….la grâce spéciale, a-t-il expliqué, est soumise à une procédure administrative. Dans le cas d’espèce, une liste de bénéficiaires a été adressée au Maroc par le ministère des Affaires étrangères espagnol. La direction des affaires pénales et des grâces au sein du ministère de la Justice et des Libertés est tenue de mener une enquête sur tous les noms qui y figurent avant de la soumettre au Roi. Est-ce le cas ? Cela a-t-il été fait?». A ce stade et selon  le Premier secrétaire, la responsabilité politique du ministère de la Justice est mise en cause. Il appelle de ce fait à ce qu’une enquête soit diligentée afin d’apporter tous les éclaircissements sur cette affaire et d’en déterminer les tenants et les aboutissants. «Tout devrait être fait dans le cadre de la loi», a-t-il souligné.

Nezha Mounir
Lundi 5 Août 2013

Lu 559 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs