Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

USFP : Le discours Royal constitue une grande avancée dans la politique régionale et internationale du Maroc




Le Bureau politique de l’USFP  a tenu sa réunion hebdomadaire consacrée aux développements politiques et aux préparatifs des élections législatives.
Lors de son exposé devant les membres du Bureau politique, le Premier secrétaire du parti  a salué  le discours Royal prononcé à l’occasion du sommet réunissant les pays membres du Conseil de coopération du Golfe et mis en exergue ses dimensions géopolitiques dans la région du Moyen-Orient, du Golfe et en Afrique du Nord.
Le Premier secrétaire de l’USFP s’est arrêté également sur les différentes analyses et  dimensions  concernant le dernier rapport du secrétaire général des Nations unies relatif au  Sahara marocain, tout en se penchant sur ses axes  qui préfigurent les dangers qu’encourt l’intégrité territoriale du Royaume. 
Dans ce cadre, le Premier secrétaire a mis en garde contre la volonté délibérée de déprécier l’ensemble des initiatives prises par le Maroc, et ce pour faire pencher la balance en faveur du Polisario.
Le Bureau politique confirme que ledit rapport  résume en effet  les contextes précurseurs exprimés  par les déclarations de Ban Ki-moon lors de sa dernière visite dans la région, de même qu’il reflète  les dérapages verbaux  de l’Envoyé onusien qui a qualifié le Maroc de pays « occupant » et ses sorties médiatiques calculées  en vue d’affaiblir  le projet d’autonomie dans le cadre de la régionalisation avancée.  
Le Bureau politique a également examiné  les différents points relevés par le Premier secrétaire lors de son exposé et a considéré le discours Royal prononcé lors du  sommet Maroc-Conseil de coopération du Golfe comme un grand  changement au niveau de  l’approche  des événements que connaît le monde arabe et les risques  de démembrement, de division ainsi que des conflits artificiels.
Le Bureau politique a examiné le dernier rapport du secrétaire général de l’ONU qui traduit, d’une part, une grave régression dans le processus de règlement du conflit, et d’autre part, une partialité en faveur de la thèse du séparatisme et la tentative d’influencer les membres du Conseil de sécurité via  des faits biaisés et la propagation des mensonges. Et ce surtout  au niveau du fonctionnement de la MINURSO,  du rôle occulte que joue l’Algérie dans ce conflit, de la désinformation sur l’initiative d’autonomie, du traitement négatif de la question des ressources naturelles, de la diffusion de contre-vérités quant aux grands projets lancés au Sahara marocain en vue du développement et de la promotion des droits économiques, sociaux et culturels des habitants de la région.    
Tout en appelant à la vigilance et au suivi de la gravité de la situation, le Bureau politique a fait part du rôle joué par l’USFP dans l’ensemble des étapes nationales à travers son abnégation pour les causes nationales décisives avec en premier l’affaire du Sahara marocain.
Les membres du Bureau politique ont eu également à débattre de la lutte poursuivie par le parti pour l’opérationnalisation positive du chantier constitutionnel. Ils ont insisté sur l’urgence de la mise en place du  Conseil supérieur de sécurité en tant qu’instance de concertation sur les stratégies de sécurité intérieure et extérieure du pays et de gestion de situation de crise, conformément à l’article 54 de la Constitution.
Pour ce qui est des préparatifs aux prochaines élections législatives, le Bureau politique a pris acte des travaux des sous-commissions issues de la Commission nationale des élections et du déroulement des candidatures dans l’ensemble des circonscriptions restantes, de même qu’il a souligné les défis à relever au niveau électoral, notamment les lois qui font encore l’objet de discussions avec le gouvernement.
A cet effet, le Bureau politique a réitéré son soutien à la liste des jeunes avec la parité entre les deux genres, conformément aux convictions du parti quant au principe de parité tel que  stipulé par la Constitution de 2011.
Conformément au principe constitutionnel, le Bureau politique a confirmé que l’USFP est pour l’opérationnalisation de l’article 19 de la Constitution et que sa bataille actuelle consiste à atteindre le tiers en vue de la parité. Et que toutes les  requêtes partielles constitueront une atteinte à la règle constitutionnelle, vers la personnalisation et l’individualisme, et que rendre justice aux compétences ne se réalisera que par le recours à une méthodologie démocratique à travers un réel élargissement des représentativités féminines dans les différents centres de décision.

Libé
Mercredi 27 Avril 2016

Lu 1179 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs