Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trop de flou autour du budget de la lutte contre la migration irrégulière

Benkirane pris en flagrant délit de manipulation des statistiques




Trop de flou autour du budget de la lutte contre la migration irrégulière
Le budget de la lutte contre la migration irrégulière n’est plus un tabou.  Il est estimé à 60 millions de dollars par an.  Des dépenses  auxquelles l’Union européenne n’a que rarement contribué, a indiqué le chef du gouvernement lors d’une interview accordée dernièrement à l’agence de presse espagnole EFE. 
Pourtant,  le caractère officiel de cette déclaration n’offre aucune garantie sur sa validité. Les 60 millions de dollars dépensés par le Royaume semblent sortir du néant et ils ne sont pas sourcés.  S’agit-il de dépenses supportées par le budget général de l’Etat ou sectoriel du ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration ? Ou sont-elles des dépenses réglées par le ministère de l’Intérieur notamment sa Direction de la migration et de la surveillance des frontières (DMSF), laquelle est chargée de mettre en œuvre la politique de gestion des flux et d’«optimiser le déploiement des unités opérationnelles de surveillance, de contrôle et de sécurisation des points d’infiltration empruntés par les migrants irréguliers le long des frontières du Royaume ? Personne ne sait et même la loi de Finances ne peut apporter la moindre preuve en la matière. Aucune de ses dispositions ne mentionne, en effet, les dépenses en question et le budget  de la DMSF est officiellement inexistant. 
Tel est le cas pour le rapport établi par le ministre de l’Intérieur concernant le budget sectoriel 2014 et  adressé aux membre de la Commission de l’intérieur, des collectivités locales, de l’habitat et de la politique de la ville relevant de la Chambre des représentants qui ne mentionne aucun chiffre concernant la lutte contre la migration irrégulière.  Il se contente d’énumérer les actions entreprises au niveau des arrestations de migrants en situation irrégulière, de démantèlement de réseaux de passeurs et de refoulements de ces migrants vers leurs pays d’origine.  « Le budget du département de l’Intérieur a toujours été considéré comme secret d’Etat. On avance souvent des chiffres généraux sans en préciser le détail. C’est le cas, par exemple, des dépenses  de la Direction générale de la sûreté nationale dont on sait peu de choses  sur la gestion », nous a indiqué Mohamed Kerkab, professeur à la Faculté des sciences économiques, juridiques et sociales de l’Université Cadi Ayyad à Marrakech.
Autres questions et non des moindres : où sont allés ces 60 millions de dollars ? Dans la formation et l’équipement des forces de l’ordre,  à la mise à niveau des postes frontières, à l’aide au retour, aux retours forcés, aux opérations d’éloignement à l’intérieur du pays, à  l’analyse du risque migratoire, à la prise en charge sociale des migrants (hébergement, soins médicaux…), ou, plutôt, à l’ensemble de ces actions ? 
Faut-il donc prendre le chiffre avancé par le chef du gouvernement pour argent comptant ? « Ce chiffre reste flou et ambigu comme celui du nombre de migrants irréguliers.  On peut parler plutôt d’un chiffre  «politique » destiné aux décideurs européens et dont l’objectif est de leur donner l’impression qu’il y a une invasion des migrants irréguliers », nous a expliqué Mohamed Kerkab avant d’ajouter : « Il est absurde de ne pas trouver une seule  trace de ce chiffre dans la loi de Finances alors qu’il s’agit d’une donnée  importante ». 
Mais le flou et l’ambiguïté n’entourent pas que les 60 millions de dollars supposés avoir été supportés par l’Etat. Ils entourent également les aides et les fonds européens destinés à lutter contre la migration irrégulière.  Est-ce vrai que l’UE ne contribue pas à ces dépenses comme l’affirme le chef de l’Exécutif ? En fait, cette déclaration semble bizarre et en contradiction avec  certains faits. 
Qu’en est-il donc des fonds européens débloqués dans le cadre des programmes MEDA I (1996-2001) et MEDA II (2001-2006) qui ont largement financé la «stratégie marocaine de lutte contre l’immigration clandestine » ? Qu’en est-il également des 40 millions d’euros (400 millions de dirhams) débloqués dans le cadre du projet de «Gestion des contrôles frontaliers » dont l’objectif est de favoriser une meilleure gestion des flux migratoires par une lutte plus efficace contre l'immigration clandestine et qui ont été  augmentés pour atteindre 67.625.000  euros (700 millions de dirhams) en 2006 (30 millions d’euros ayant été rajoutés au solde du programme de soutien au développement institutionnel et à la mise à niveau de la stratégie migratoire du gouvernement marocain et environ 2,5 millions ont été consacrés à l'assistance technique pour l'exécution du programme)? Quid des 654 millions d’euros octroyés dans le cadre du Programme indicatif national (PIN) pour la période 2007-2010 et de l’Instrument européen de voisinage et de partenariat (IPEV) qui inclut la « gestion frontalière » ? Qu’en est-il des projets d’assistance technique lancés par Frontex, organisme chargé de la gestion de la coopération aux frontières extérieures des Etats membres de l’Union européenne, en 2011 et destinés au Maroc et à la Tunisie et qui ciblent essentiellement les programmes de formation ? 
Et last but not least, qu’en est-il des aides octroyées par l’Espagne au Maroc pour lutter contre l'immigration clandestine estimées à 90 millions d'euros en 2010 et à 15 millions en 2014 ainsi que les aides gouvernementales étrangères européennes (Norvège, Pays-Bas, Suisse…) destinées à   financer les retours volontaires ? 
Apparemment,  Abdelilah Benkirane est dans une mauvaise posture. Soit qu’il ne maîtrise pas bien le dossier de la migration et c’est grave, soit que les informations qui lui ont été fournies sont erronées et c’est encore pire. A moins qu’il ne s’agisse plutôt d’une volonté manifeste de sa part de manipuler à dessein les statistiques concernant ce sujet qui est politiquement sensible. Peut-être que l’essayiste Lorraine Data avait raison d’affirmer, dans son livre « Le grand trucage » : qu’« obnubilés par la qualité de leurs prestations médiatiques, nos gouvernants sont de plus en plus souvent amenés à procéder à de véritables détournements de sens des statistiques qu'ils utilisent. Ils confirment alors de façon très inopportune la détestable maxime : La raison d'être des statistiques, c'est de vous donner raison. Plus le sujet est politiquement sensible, plus la tentation de procéder à ces détournements de sens et autres interprétations abusives est grande ». 

Hassan Bentaleb
Mercredi 10 Juin 2015

Lu 1481 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs