Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trop d’antibiotiques avant deux ans entraînerait un risque accru d’obésité




Trop d’antibiotiques avant deux ans entraînerait un risque accru d’obésité
Administrer des antibiotiques aux enfants de moins de deux ans augmente le risque d’obésité infantile, avec un risque encore accru pour ceux ayant reçu des doses importantes, selon une étude américaine publiée lundi.
“Dans la mesure où l’obésité résulte de multiples causes, en réduire la prévalence dépend de l’identification et du contrôle de tous les facteurs de risque”, a expliqué le Dr Charles Bailey de l’hôpital des enfants de Philadelphie (Pennsylvanie, nord-est), principal auteur de cette recherche parue dans le Journal of the Medical American Association (JAMA).
“Les résultats de notre étude suggèrent qu’un certain usage des antibiotiques avant 24 mois pourrait être l’un de ces facteurs”, a-t-il ajouté.
Les chercheurs ont étudié les dossiers médicaux électroniques de plus de 64.000 enfants de la naissance à leurs 5 ans en moyenne, sur une période comprise entre 2001 et 2013. Il ressort que 69% des enfants ont reçu en moyenne 2,3 fois des antibiotiques avant deux ans.
Pour la totalité des enfants, le taux de prévalence d’obésité était de 10% à deux ans, de 14% à trois ans et 15% à quatre ans, précisent les auteurs. En ce qui concerne le simple surpoids, la proportion était de 23% à deux ans, 30% à trois ans et 33% à quatre ans.
Les chercheurs ont déterminé que ceux ayant été traités quatre fois ou plus avec des antibiotiques avant deux ans courraient un risque encore plus grand d’obésité.
L’obésité est un problème majeur de santé publique. Des recherches effectuées précédemment suggèrent que les modifications provoquées dans la flore microbienne intestinale par les antibiotiques pourraient être liées à l’obésité, a rappelé le docteur Bailey.
Cette étude conforte la nécessité d’adopter des directives d’utilisation des antibiotiques pour des maladies pédiatriques courantes préconisant un usage limité lorsque l’efficacité de ces médicaments a bien été démontrée, ont relevé les chercheurs.

Mercredi 8 Octobre 2014

Lu 209 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs