Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Troisième triste one man show de Benkirane à la Chambre des représentants

Le chef du gouvernement a fait un monologue de 25 minutes devant les députés de trois groupes parlementaires sur un total de huit




Troisième triste one man show de Benkirane à la Chambre des représentants
Le PJD a du mal à avaler la sortie du parti de l’Istiqlal du gouvernement. Il ne rate aucune occasion pour fustiger son ex-allié qui a décidé de claquer la porte au nez de la majorité et de rejoindre les rangs de l’opposition. Avant-hier, c’était au tour d’Abdellah Bouanou, président du groupe PJD à la Chambre des représentants, d’ouvrir le feu sur le parti de la Balance en critiquant  l’absence du groupe istiqlalien lors de la séance mensuelle de politique générale consacrée aux MRE.
Pour lui, cette absence est incompréhensible puisque c’est le groupe istiqlalien qui a proposé le sujet et fait sa promotion auprès d’autres présidents de groupes parlementaires. « On a du mal à saisir  le sens de cette position. On comprend votre gêne Monsieur le président mais il s’agit bien d’un désengagement politique et on craint que le groupe istiqlalien ne revienne sur d’autres engagements qu’il a pris », a-t-il lancé à Karim Ghellab, président istiqlalien de la Chambre des représentants.  Le parti de l’Istiqlal a été également accusé par le PJD de ne pas respecter son engagement concernant l’article 208 du statut intérieur relatif aux séances mensuelles.
Selon le président du groupe PJD, l’absence du parti de l’Istiqlal ne peut être interprétée que comme un désengagement de l’accord établi entre l’ensemble des composantes de la  Chambre des représentants et qui consiste à procéder prochainement  à la modification de cet article avant de le passer au vote dans une séance plénière.
Pourtant, le député pjdiste semble oublier que l’accord en question  ambitionne de tailler un règlement intérieur à la mesure du PJD et de sa majorité numérique en marginalisant l’opposition dont l’Istiqlal fait désormais partie.
Une opposition qui a préféré, pour la troisième fois consécutive, de boycotter la séance mensuelle de politique générale tenue avant-hier devant la Chambre des représentants au cours de laquelle le chef du gouvernement a fait un monologue de 25 minutes devant les députés de seulement trois groupes parlementaires sur un total de huit.
Un monologue consacré entièrement aux mesures prises par l’Exécutif pour l’accueil et l’accompagnement des Marocains établis à l’étranger. Des mesures qui ont l’air du déjà-vu et qui en disent long sur le manque  de vision claire des enjeux que pose la question des MRE, des choix qui doivent être opérés et des objectifs que l’on veut atteindre.  
En effet et comme l’a bien expliqué Abdelkrim Belguendouz, chercheur en migrations, dans son article : « Le nouveau ministère chargé de la communauté marocaine résidant à l’étranger : quelle stratégie ? », le dossier des MRE  doit être conçu comme un domaine vivant et, par conséquent, en perpétuelle évolution. Il ne peut se limiter à une image globalisante et à un bloc monolithique et ne saurait donner lieu à un traitement standardisé vu les multiples enjeux auxquels il renvoie et qui sont non seulement d’ordre économique, démographique, social, culturel, cultuel, mais également d’ordre politique et géostratégique.
Le chercheur estime que le  monde de la communauté marocaine à l’étranger est pluriel et les besoins, les profils, les enjeux, les problèmes, les attentes  et les solutions sont divers.
Une diversité qui nécessite des politiques publiques claires et intégrées basées sur une meilleure visibilité et lisibilité et qui soient capables de se projeter dans l’avenir pour déterminer la politique à mettre en œuvre.

Hassan Bentaleb
Mercredi 31 Juillet 2013

Lu 858 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs