Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Troisième procès collectif en Iran : « Les aveux des détenus révèlent un complot planifié »




Un troisième procès collectif s'est ouvert en Iran après le mouvement de contestation de la victoire de Mahmoud Ahmadinejad à l'élection présidentielle du 12 juin, rapportent des médias iraniens.
Selon l'agence de presse Fars, plus de vingt prévenus sont concernés.
C'est le troisième procès collectif qu'organise la justice iranienne depuis la crise d'une ampleur sans précédent depuis la Révolution islamique de 1979.
Plus de cent personnes ont déjà comparu pour des chefs d'inculpation divers, dont des atteintes présumées à la sécurité nationale.
L'universitaire française Clotilde Reiss, la Franco-Iranienne Nazak Afshar qui travaille pour l'ambassade de France à Téhéran et un Iranien employé de l'ambassade de Grande-Bretagne ont été jugés dans ce cadre.
Nazak Afshar a été libérée mardi. En revanche, Clotilde Reiss est toujours derrière les barreaux. La France a pourtant accepté de verser une caution pour obtenir la libération conditionnelle de l'universitaire et s'est dit prêt à l'accueillir dans son ambassade à Téhéran le temps que le verdict soit rendu par la justice iranienne.
Selon l'agence Mehr, aucune figure de l'opposition ne figure parmi les prévenus qui devaient comparaître dimanche.
D'après l'acte d'accusation lu à l'audience, certains prévenus sont poursuivis pour avoir tenté de renverser le régime islamique, participé à des manifestations illégales et utilisé des explosifs artisanaux.
"Les aveux des détenus révèlent que ce complot a été planifié il y a plusieurs années et que la récente élection n'était qu'un prétexte pour le mettre à exécution", poursuit l'acte d'accusation, repris par l'agence de presse Irna.
Ces procès ont été dénoncés par les Occidentaux et par des associations de défense des droits de l'homme. Des spécialistes de l'Iran y voient une tentative du pouvoir visant à en finir avec l'opposition modérée.
Des associations de défense des droits de l'homme estiment que des centaines de personnes, dont des opposants, des journalistes et des avocats, ont été arrêtés pendant le mouvement de contestation. Deux mois après le scrutin contesté, un grand nombre d'entre eux seraient toujours sous les verrous.

Reuters
Lundi 17 Août 2009

Lu 163 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs