Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trois personnes tuées dans l'assaut de Saint-Denis, dont Abaaoud

Réunion d'urgence à Bruxelles sur les failles sécuritaires




Trois personnes tuées dans l'assaut de Saint-Denis, dont Abaaoud
Trois personnes au total ont été tuées au cours de l'assaut mercredi de la police à Saint-Denis dans la banlieue nord de Paris, parmi lesquelles une femme dont l'identité doit encore être confirmée, a annoncé vendredi le parquet de Paris.
 Les autorités faisaient jusqu'à présent état d'au moins deux morts, dont l'inspirateur présumé des attentats de Paris Abdelhamid Abaaoud. Un corps de femme a été retrouvé dans les décombres dans la nuit de jeudi à vendredi, ainsi qu'un passeport au nom d'Hasna Aitboulahcen, une cousine d'Abaaoud, a indiqué le parquet.
 La mort du jihadiste belgo-marocain dans l'appartement avait été confirmée jeudi.
 "Des fragments de corps appartenant selon toute vraisemblance" à un autre homme ont été retrouvés et son identification est en cours, a ajouté une source judiciaire.
 Les enquêteurs sont toujours à la recherche de Salah Abdeslam, l'un des auteurs présumés des attentats de vendredi à Paris qui ont fait 129 morts et plus de 350 blessés dans le centre de Paris et au stade de France à Saint-Denis.
 Ils sont convaincus que son frère, Brahim, était dans le commando qui a attaqué plusieurs terrasses de cafés ou restaurants, avant de se faire exploser boulevard Voltaire, avant un autre assaut contre la salle de concert du Bataclan.
Des perquisitions avaient eu lieu jeudi à Aulnay-sous-Bois (région parisienne) dans l'appartement de la mère d'Hasna Aitboulahcen, 26 ans, qui pourrait avoir actionné un gilet explosif dans l'appartement de Saint-Denis.
Une semaine après les pires attentats commis en France, les ministres de l'Intérieur de l'UE se réunissaient en urgence vendredi matin à Bruxelles pour "renforcer la réponse européenne" à la menace jihadiste et répondre aux importantes failles sécuritaires constatées.
 L'illustration de ces failles aura été le retour incognito en Europe du jihadiste belgo-marocain Abdelhamid Abaaoud, organisateur des attentats (129 morts et 352 blessés) revendiqué par l'Etat islamique (EI), qui a été tué mercredi lors d'un spectaculaire raid policier à Saint-Denis, près de Paris.
Selon une source policière, Abdelhamid Abaaoud a été filmé dans une station de métro de Montreuil (banlieue est de Paris), vers 21H00 GMT, le soir des attentats, accréditant l'hypothèse de sa participation directe aux attaques.
 Comment cet homme, qu'on pensait en Syrie et qui faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international, a-t-il pu entrer en Europe pour coordonner au moins neuf personnes pour perpétrer les attentats du 13 novembre ?
 "Nous ne savons pas", a reconnu jeudi soir le Premier ministre français Manuel Valls.
 "Nous souhaitons que l'Europe, qui a trop perdu de temps sur un certain nombre de questions qui relèvent de l'urgence, prenne aujourd'hui les décisions qui s'imposent", a plaidé le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à son arrivée à Bruxelles pour une réunion avec ses homologues européens.
 Cette réunion devait permettre à la France d'avancer sur ses priorités, affirmées lundi par François Hollande: "lutte contre le trafic d'armes", "approbation" avant fin 2015 du PNR européen - un fichier de données sur les voyageurs aériens - "pour assurer la traçabilité du retour des jihadistes".
 Et surtout mise en place des contrôles systématiques aux frontières de l'espace Schengen, qui pourraient désormais aussi concerner les citoyens européens, selon un document qui doit être adopté à Bruxelles et consulté par l'AFP.
 Le projet de loi prolongeant l'état d'urgence pour trois mois, adopté jeudi par l'Assemblée nationale, devait passer devant les sénateurs français vendredi, qui devaient le voter massivement.
 Alors qu'une majorité de Français approuvent le renforcement de l'état d'urgence décidé par le gouvernement, la présidence française a annoncé vendredi qu'un hommage national serait rendu vendredi aux victimes des attentats.

Samedi 21 Novembre 2015

Lu 576 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs