Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trois morts et une centaine de blessés dans l’explosion de bombes au marathon de Boston

Les Etats-Unis renforcent leurs mesures de sécurité après l’attentat qui ne porte toujours pas de signature




Trois morts et une centaine de blessés dans l’explosion de bombes au marathon de Boston
Deux bombes ont explosé lundi lors du marathon de Boston, événement sportif emblématique aux Etats-Unis, tuant trois personnes dont un garçon de 8 ans et faisant une centaine de blessés, un carnage au milieu de dizaines de milliers de spectateurs qui a provoqué la panique.
Alors que, près de 12 ans après les attentats du 11-Septembre, le pays sous le choc se demandait s'il venait d'être victime d'une nouvelle attaque terroriste, le président américain Barack Obama n'a pas utilisé le mot attentat, mais un haut responsable à la Maison Blanche a évoqué, sous couvert de l'anonymat, une "action terroriste".
S'adressant solennellement de la Maison Blanche aux Américains sonnés par les images diffusées en boucle de panique, de fumée et de spectateurs hurlant et ensanglantés à la fin du marathon, le président Obama a promis que les auteurs du carnage dans la métropole du nord-est des Etats-Unis devraient "rendre des comptes".
"Nous ne savons pas encore qui a fait ça, ni pourquoi, et nous ne pouvons pas faire de conclusions hâtives", a-t-il déclaré. "Mais nous trouverons ceux qui sont responsables, pourquoi ils ont fait cela" et ils "sentiront tout le poids de la justice".
Plus de 27.000 personnes participaient au marathon de Boston (42 km), la course la plus ancienne des Etats-Unis, qui attire les meilleurs athlètes du monde entier, et des milliers de personnes s'étaient massées sur le parcours pour les encourager, en ce jour férié dans l'Etat du Massachusetts.
Les deux bombes ont explosé à 13 secondes d'intervalle et à 50 à 100 mètres de la ligne d'arrivée de la course où s'étaient massés des dizaines de milliers de spectateurs. Le chef de la police de Boston, Ed Davis, a annoncé que trois personnes avaient été tuées.
Des roulements à bille placés dans les bombes ont provoqué des blessures particulièrement atroces, ont indiqué la police et des médecins.
Le chef de la police a appelé la population à la prudence, lui recommandant de rester chez elle, tout comme le gouverneur du Massachusetts qui a également demandé aux Bostoniens de transmettre à la police toute information susceptible de faire avancer l'enquête, désormais dirigée par le FBI.
Plusieurs villes, dont New York, Washington et San Francisco, ont renforcé leurs mesures de sécurité.
Le Sénat à Washington a observé dans la soirée une minute de silence en solidarité avec les victimes.
Le marathon de Boston est organisé dans la capitale du Massachusetts depuis 1897. Il est traditionnellement couru le troisième lundi d'avril.

AFP
Mercredi 17 Avril 2013

Lu 402 fois


1.Posté par Hassan Karzazi, Ph.D le 20/04/2013 14:18
Maintenant que l'on connaît l'identité des deux terroristes ( deux américains de confession musulmane), la réflexion sur l'origine du mal qui frappe le monde depuis au moins les trois dernières décennies doit être entamée avec lucidité et sans compromis. Mais si à ce stade de l'enquête il n'est pas possible d'établir un lieu de causalité entre religion et politique dans ce dernier épisode terroriste, il y'a des variables que l'on ne peut négliger dans les analyses à venir. le recours à la violence dans les luttes d'indépendance, un temps considéré, sinon valorisé durant les années soixante et soixante et dix, n'est plus de mise aujourd'hui et il faut voir en ce fait l'expression d'une évolution du système international et donc de la communauté des nations. Mais au-delà des grandes tendances de ce système, des lames de fonds politico-religieuses provenant notamment de la péninsule arabique depuis près de quarante ans maintenant doivent être revisitées et questionnées. L'idéologie wahabite peut-elle encore prospérer en Afrique du Nord, en Asie et ailleurs, bénéficiant de la puissance des pétrodollars pour se constituer sous les apparences de la défense d'une pureté supposée originelle de l'Islam, des hordes d'illuminés prêts à se donner la mort comme moyen de purification de leurs âmes. Assez c'est assez de cet aveuglement des Saudis n'a d'autres objectifs que de sauvegarder un régime rétrograde, considéré un temps comme un rempart contre le progrès et reconnaissant le contre tout ce qui pouvait ressembler à une certaine idéologie de gauche. L'on se rappellera, qu'au Maroc en particulier le feu vert donné au Wahabism ne fait pas un automatisme. Même sous Hassan II, la résistance fût longue et n'eut été des pétrodollars, le pays aurait été à l'abri des influences destructrices des Saudis. Restera l'espoir que les États unis remettent en cause leur alliance stratégique avec les Saudis, autosuffisance énergétique aidant, pour siffler la fin de la récréation et commander aux saudes de commander une fatwa déclarant le djihad comme idéologie fasciste incompatible avec le caractère sacré de la vie et la nécessité de régler les conflits à l'aide la négociation et de la légalité internationale.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs