Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trois morts au Yémen dans des heurts entre les rebelles houthis




Un colonel des forces loyales à l'ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh et deux rebelles houthis ont été tués dans des affrontements entre les deux camps, dans une escalade sans précédent entre ces alliés.
Le colonel Khaled al-Rida a été tué dans des accrochages à Sanaa samedi soir, indique le parti du Congrès populaire général (CPG) dans un communiqué. Il était le chef adjoint des relations avec l'étranger au sein du parti de M. Saleh.
Alors que le CPG ne nomme pas directement les rebelles houthis, il accuse un "groupe qui n'a aucune moralité" d'être responsable de la mort du colonel, une référence à peine voilée à ces insurgés, avec lesquels le camp de Saleh connaît de vives tensions.
L'agence de presse Saba dirigée par les rebelles a de son côté fait état de la mort de deux membres des Comités populaires, largement dominés par les Houthis, dans des accrochages samedi soir à Sanaa.
Selon des sources du CPG, des violences ont éclaté après une altercation entre des hommes des deux camps à un point de contrôle situé à proximité des bureaux de la présidence, où siège M. Saleh, dans le secteur de Hadda.
Depuis septembre 2014 et la prise de la capitale Sanaa par les rebelles, M. Saleh est officiellement allié aux Houthis, rebelles issus de l'importante minorité zaïdite, qu'il avait pourtant longtemps combattus durant sa présidence (1990-2012).
Les Houthis et les pro-Saleh ont réussi à repousser les forces progouvernementales vers le Sud, qui ont été sauvées in extremis grâce à l'intervention en mars 2015 d'une coalition militaire arabe dirigée par l'Arabie Saoudite.
Mais des fissures sont récemment apparues au grand jour entre le chef Houthi Abdel Malek al-Houthi et M. Saleh, qui ont échangé des accusations de "trahison" dans des discours télévisés.
M. Saleh avait notamment suggéré que ses alliés étaient une "milice" et les rebelles l'avaient prévenu qu'il "assumerait les conséquences" de ces déclarations.
Les Houthis soupçonnent M. Saleh de négocier, derrière leur dos, avec la coalition arabe. Ce dernier, soutenu par l'Arabie Saoudite alors qu'il était président, accuse quant à lui les Houthis de vouloir concentrer le pouvoir entre leurs mains.
Depuis mars 2015, le conflit a fait 8.400 morts et 48.000 blessés, dont de nombreux civils, et provoqué une grave crise humanitaire. Une épidémie de choléra a ainsi fait quelque 2.000 morts et plusieurs régions de ce pays pauvre sont au bord de la famine.

Libé
Lundi 28 Août 2017

Lu 518 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs