Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trois chercheurs chinois se nourrissent de vers de farine




Trois chercheurs chinois se nourrissent de vers de farine
Trois chercheurs ont mangé des vers de farine (autrement dit des ténébrions meuniers à l’état larvaire) pendant 105 jours, en vivant dans un labo fermé de Pékin. Le but de l’expérience était de vérifier si les astronautes pouvaient utiliser les petites bêtes comme principales sources de protéines, potentiellement bien utiles lors de longs voyages dans un espace clos.
Les volontaires ont vécu tranquillement et élevé les vers (mais les ont aussi engraissés: ils peuvent atteindre la taille d’un doigt en un mois!) pendant tout ce temps dans le Moon Palace One, une biosphère artificielle fermée, une grosse boîte vitrée de l’Université aéronautique et spatiale de Pékin. 
Là-dedans, sur une surface de 160 m2, il y avait trois pièces, une pour vivre et dormir et les deux autres pour faire pousser les plantes et donc faire grandir les larves, précise le South China Morning Post. Les volontaires pouvaient cuisiner les vers pour les rendre plus appétissants, en utilisant de la sauce soja et d’autres assaisonnements, mais aussi, quand même, manger les plantes de la biosphère.
L’idée de nourrir les astronautes de ces petites choses très riches en protéines a été soulevée dès 2009, mais les agences spatiales auraient alors été inquiètes des conséquences sur le moral des astronautes, explique BBC News. Il fallait aussi tester la chose en terme d’apports nutritionnels... Visiblement, les résultats sont concluants.
Le chercheur Hu Dawei explique que tout au long de l’expérience, les volontaires semblaient «en bonne santé et heureux», même s’il a quand même fallu un petit temps d’adaptation puisque les trois cobayes n’avaient jamais goûté les vers de farine avant… Les résultats pourraient servir pour les futures missions chinoises dans l’espace. La Chine a d’ailleurs l’intention de terminer une station spatiale d’ici 2023.
La FAO encourage largement l’élevage et la consommation d’insectes. Criquets, sauterelles, grillons, larves d’abeilles... Il y a le choix. Des chercheurs de l’Université de Wageningen aux Pays-Bas se sont penchés tout particulièrement sur les vers de farine et leurs avantages. Ils sont parfaits: plein de préparations culinaires possibles, des femelles ténébrion qui pondent vite et beaucoup, un bilan carbone faible ou encore un élevage très facile... 

Slate.fr
Lundi 2 Juin 2014

Lu 273 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs