Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tristes micmacs à Tunis




Tristes micmacs à Tunis
Le 1er avril, c'est tous les jours chez nos voisins de l'Est quand c'est du Sahara marocain qu'il s'agit. Les officiels, ceux du moins tenant les ficelles du côté d'Alger, ne laissent passer aucune occasion pour ânonner sans se lasser, sans sourciller non plus, que c'est là un dossier qui ne les  concerne ni de près ni de loin, même si tout le monde sait que c'est bien l'Algérie qui a grandement contribué à créer le problème de toutes pièces et qu'elle est bien la seule à s'escrimer pour le faire durer en s'opposant à toute solution si appropriée, si logique soit-elle.  Et pour ce faire, profitant sans doute du fait que le ridicule ne tue point, lesdits officiels n'hésitent devant rien: tous les coups, jusqu'aux plus bas, jusqu'aux plus stupides sont permis. 
Si le peuple manifeste pour une vie digne, que les Mzabes fassent valoir leur droit à une reconnaissance pleine et entière, que les millions de démunis que compte ce pays pourtant au sol exceptionnellement nanti crient famine, que des milliers de déçus ou de désoeuvrés choisissent de se shooter tentant de noyer leurs innombrables malheurs...et c'est bien sûr le Maroc qui, on ne sait par quel type de fatalité, est derrière. 
Qu'il y ait quelque visite officielle marocaine de quelque ordre que ce soit pour un pays africain, et c'est tout l'Alger officiel qui crie au complot. Et quand il arrive que Rabat propose ses bons offices pour contribuer au règlement de différends ou conflits tels que ceux concernant la Libye ou le Mali...et c'est une fièvre insurmontable de l'autre côté...
Et pour rester dans leur lamentable logique, les mêmes officiels de la même junte, qui ne vibrent que pour leurs seuls intérêts, faisant fi de ceux du peuple algérien comme de ceux de tous les peuples maghrébins, ont dépêché à Tunis, pour un forum international censé servir les grandes valeurs, des sbires aux ordres, des apprentis hooligans qui font apprécier toutes les semaines leurs forfaits et méfaits à travers les stades algériens. Leur mission à Tunis comme celle des pantins séparatistes devait se limiter à casser du marocain. Ils n'avaient d'autres arguments que la bêtise et la violence. Pouvait-il en être autrement ? Auraient-ils été capables de se hisser au niveau de leurs vis-à-vis et débattre posément et en toute responsabilité ? Sûrement pas. Ce serait trop leur demander.  Inutile de rappeler enfin que cela ne s'applique nullement à ces autres braves activistes algériens trop nobles pour accepter d'être à la solde desdits commanditaires.  

Par Mohamed Benarbia
Lundi 30 Mars 2015

Lu 818 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs