Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Treize ans après, Pixar tente de renouer avec le succès du “Monde de Nemo”




Treize ans après le "Monde de Nemo", Pixar tente de renouer avec le succès colossal du film en poussant sous  les projecteurs un personnage secondaire adoré du public, le poisson amnésique Dory: un pari risqué vu le nombre de suites tardives qui ont fait flop. "Le monde de Nemo", l'odyssée sous-marine du poisson hyper-anxieux Marlin pour retrouver son fils Nemo disparu, a gagné un oscar et près d'un milliard de dollars de recettes en 2003. 
"Le monde de Dory", avec les voix d'Ellen DeGeneres, Idris Elba et Diane Keaton, suit cette fois l'épopée de la compagne étourdie et gaffeuse de Marlin, la poissonne bleue Dory, à la recherche de sa propre famille. A l'heure où Hollywood dope ses bénéfices à coup de "blockbusters" aux multiples suites, particulièrement chez Disney, maison mère de Pixar, treize ans entre deux films semble une éternité.
A mesure que le temps passe, l'attachement du public à une histoire ou des personnages peut en effet s'émousser. "Le Parrain III", sorti en 1990, seize ans après le précédent opus oscarisé, fut un bide, et "Zoolander 2", sorti en février 15 ans après le premier, est passé inaperçu. Sans parler des oubliables "Bambi II", "Blues  Brothers II" et autres "Retour à Oz". 
Récemment, plusieurs sagas ont toutefois réussi leur come-back: "Creed:  l'héritage de Rocky Balboa" et "Mad Max: Fury Road", sortis dix ans après le précédent opus, ont récolté éloge, prix et succès au box-office. Sans parler de "Star Wars: le réveil de la force", record de recettes aux Etats-Unis, une décennie après le précédent épisode, illustrant la maestria du marketing de Disney. 
Jeff Bock, expert en box-office chez Exhibitor Relations, s'attend à ce que "Le monde de Dory" qui sort mi-juin, soit l'un des cartons de l'été et rapporte un milliard de dollars au box-office. Lors d'un entretien, le réalisateur du "Monde de Dory" Andrew Stanton, a  assuré n'avoir reçu aucune pression de Disney pour accoucher plus rapidement d'une suite. "Notre accord quand ils ont racheté Pixar stipulait qu'on ne ferait de suites que si on avait une histoire qui tienne vraiment la route", déclare celui qui était déjà aux manettes pour "Nemo". D'autant que "la seule suite que nous ayons faite sous une demande commerciale, «Toy Story 2», a failli mal tourner. Nous avons appris notre leçon", remarque-t-il. "Et puis chaque film, c'est quatre années, alors est-ce que je veux vraiment passer seize ans de ma vie à faire des films de poissons?", plaisante celui qui a également réalisé le dessin animé oscarisé "Wall-E" et le film de  science-fiction "John Carter".

Libé
Lundi 11 Avril 2016

Lu 400 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs