Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

«Tranzik» en escale aux anciens Abattoirs de Casablanca : L’immigration clandestine au centre d’une résidence de création




«Tranzik» en escale aux anciens Abattoirs de Casablanca :  L’immigration clandestine au centre d’une résidence de création
Sept groupes représentant trois nationalités et officiant dans la musique urbaine participent depuis lundi à une résidence de création de 10 jours aux studios Boultek à Casablanca, Centre de musiques actuelles (Technopark), dans le cadre du Festival Tremplin L’Boulevard (édition 2011). Prennent part à cette aventure artistique, les artistes hip-hop Rap’Susklei et Oscar A Secas  (Espagne), Masta Flow, Kalamour et Dj Key (Maroc) ainsi que Gunman Xuman et DJ Geebayss (Sénégal).
Cette résidence d’artistes s’inscrit dans le cadre de «Tranzik», «un projet de laboratoire artistique, d’échange, d’entraide et de coopération entre trois festivals de musique autour des cultures urbaines: Pirineos Sur (Espagne), L’Boulevard (Maroc) et Festa2H (Sénégal)», soulignent ses promoteurs.  
«Prenant pour point de départ le tragique trajet Sénégal-Maroc-Espagne, connu chez les candidats africains à l’immigration clandestine, le projet est un hommage aux morts et disparus de la clandestinité, un cri du cœur d’artistes des trois pays face à la radicalisation universelle et un appel musical à la conscience humaniste», précisent-ils.
Ce programme sera suivi, mercredi 11, d’un show-case à l’Institut Cervantès de Casablanca et d’un concert, vendredi 13, à la Fabrique culturelle (anciens Abattoirs de Casablanca). L’occasion pour le public amateur de musique urbaine de découvrir et d’apprécier le fruit de cette collaboration. En effet, le répertoire créé à l’issue de cette résidence «donnera naissance à une compilation de 6 à 8 titres axés sur des thèmes comme le désespoir des jeunes dans le monde, le racisme, la migration clandestine, l’universalité du hip-hop, la politique des frontières entre autres, ainsi qu’un mini-documentaire retraçant les différentes étapes du projet ».
Soulignons qu’après ces deux prestations, les artistes en résidence se produiront, samedi 18 juin prochain, au Centre culturel Blaise Senghor de Dakar (21H30) dans le cadre du Festival Festa2H. Le mois suivant, vendredi 22 juillet, ils poseront leurs valises en Espagne pour un show qu’ils animeront dans le  cadre du Festival Pirineos,  à Auditorio Natual de Lanuza (Huesca).
C’est en 1995 que Rap’Susklei met sur le marché son premier enregistrement qu’il intitule «Estado de Locura». Le coup d’essai est un véritable succès. Le jeune artiste s’impose rapidement dans le milieu hip-hop espagnol et multiplie des spectacles dans sa ville natale. 7 ans plus tard, il signe un album sous le titre «La Historia Mas Real de Vuestras Vidas». Deux autres disques suivront. «Pandemia» est son dernier album sorti depuis 6 ans.
Ex-membre du groupe «Fuck Tha Posse», DJ Oscar A Secas se distingue depuis une vingtaine d’années dans la production de maquettes dont le succès a franchi les frontières de sa ville et même de l’Espagne. Au point que le très célèbre producteur Hazhe  n’a pas hésité à lui proposer de travailler sur un projet d’album réunissant son travail et les voix d’artistes espagnols qu’il a rencontrés sur son parcours. De cette collaboration naître un album: «La Saeta Se Detiene».
C’est en 1993 que Gunman Xuman décide de fonder le groupe Pee Froiss avec 6 amis, qui s’imposera quelques années plus tard comme le fer de lance des débuts du rap au Sénégal. Désormais en solo, l’artiste sénégalais revendique de précieuses collaborations avec notamment Didier Awadi et The Nubians. «Gunman», son dernier album est un bijou sonore inspiré des rythmes hip-hop, dancehall et reggae.
Considéré comme l’un des plus anciens DJ sénégalais, Georges Martin Lopez, a.k.a DJ Gee Bayss se produit en tant que DJ hip-hop depuis plus de 15 ans et a officié au sein de Pee Froiss, groupe pionnier du rap sénégalais. En solo depuis quelques années, il a enregistré la mixtape «Egotrip N Scratchness» entre Dakar et Nouakchott.
Excellent compositeur et arrangeur doté d’un flow original, Masta Flow n’est plus à présenter. Le membre fondateur du groupe de rap Casa Crew, l’ex-breaker évolue désormais en solo, multipliant des collaborations avec notamment Bigg et Chahtman. Son premier album solo, «Smo3lih», devait sortir fin 2011.
Diplômé en arts plastiques de l’Ecole des Beaux-Arts de Casablanca, Abdellatif Farhate alias Kalamour est un artiste engagé. Il se distingue  dans le VJing, art visuel vivant mêlant vidéo et musique avant de rejoindre le collectif lamba VJ. Il a collaboré avec DJ Key à plusieurs reprises.
Il est considéré comme un des plus réputés DJ marocains. Spécialiste du Turntablism au Maroc, Dj Key participe régulièrement à des événements au Maghreb et en Europe. Il a fondé dernièrement sa propre boîte de production Funky Noise, la première école de Djing à Casablanca. Promoteur en 2000, de la première association marocaine dédiée au hip-hop, il est également l’auteur de «Maroc Streetlife», un film documentaire de 17 mn, qui rassemble les images prises dans différents festivals nationaux sur le hip-hop et les Battles de Breakdance. 

ALAIN BOUITHY
Mercredi 4 Mai 2011

Lu 593 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs