Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Transport ferroviaire : Des recettes en hausse et des prestations en baisse




Transport ferroviaire : Des recettes en hausse et des prestations en baisse
Gouverner, c’est prévoir, dit un vieux dicton.  Mais c’est à croire que l’ONCF ne se place pas dans cette dynamique. Certes, comme à l’approche de toutes les vacances, l’Office a publié un communiqué « classique » annonçant la mise en place d’un programme de transport spécial à l’occasion de l’Aid Al Adha. L’objectif étant de répondre à la forte affluence des voyageurs en cette période. Vu sous cet angle, tout va pour le mieux. Pourtant, la réalité est tout autre et traduit une totale anarchie. Une  litanie qui revient, en somme. C’est le mode de gestion d’un établissement de l’importance de l’ONCF  qui est pointé du doigt.

Deux poids deux mesures
Alors que l’étau se resserre autour le transport routier de voyageurs et que les responsables essaient, tant bien que mal, de recadrer le secteur, l’ONCF se met au-dessus de la loi. En effet, en cette période de pointe, les surcharges sont de mise, rien n’est fait pour assurer le bien être des voyageurs qui s’entassent comme du bétail.  Peut-être bien que le souci de réaliser un  chiffre d’affaires mirobolant l’emporte sur le reste. Les voyageurs, considérés comme des citoyens de seconde zone, sont livrés à eux-mêmes.
Pourtant, tous ces dysfonctionnements n’ont pas lieu d’être au sein d’un établissement public de l’envergure de l’ONCF qui se targue pourtant de disposer d’un système informatique de pointe. C’est sans doute  l’occasion d’en faire bon usage. L’équation est simple et consiste à suivre le flux des voyageurs et à en tenir compte dans les opérations de vente de billets. Un jeu d’enfant mais pas pour l’équipe de Rabie Khlie, directeur général de l’office. Pourtant, ce dernier s’est doté depuis des années déjà et ce,  dans la cadre d’une meilleure visibilité du suivi des ventes de billets, d’un système Intranet destiné à sa Direction commerciale et marketing. Cette application permet d’analyser les ventes-voyageurs suivant différents axes d’analyse multidimensionnelle d’une manière rapide et performante. Alors comment expliquer, dans ce cas, que les wagons deviennent des boîtes de sardines ? Comment admettre que des personnes s’étant acquittées de leur obligation en payant leurs billets s’agglutinent voire s’entassent dans des couloirs ? Nul besoin de parler des enfants qui souffrent de ces incommodités.
Mais il faut dire que la culture de la contestation n’est pas encore ancrée chez nous. Si dans un seul élan tous les voyageurs boycottaient le train et organisaient des sit-in de protestation, les choses évolueraient autrement. De son côté, la société civile ne bouge pas le petit doigt alors que l’association de protection  des consommateurs ne se manifeste guère. Pourtant, Aziz Rabbah ministre du Transport et de l’Equipement, a même appelé à la création d’une association des usagers des trains pour avoir un interlocuteur à même de défendre leurs intérêts. Et dire que l’Office s’apprête à intégrer le TGV. A-t-il les moyens de ses ambitions ? Car la gestion du train, à elle seule,  lui pose bon nombre de problèmes.. Mais gageons que les choses changeront.

Nezha Mounir
Jeudi 25 Octobre 2012

Lu 427 fois


1.Posté par le marocain le 25/10/2012 14:23
Tant que ce Directeur est encore présent à la tête de l'ONCF,avec un personnel non qualifié et brutal,il faut dire que le voyageur-par-train sera maltraité comme un animal.
En hiver,comme en été les wagons sont un lieu de souffrance.On y trouve toutes sortes de souffrance.celle de la chaleur,du froid,du mauvais comportement des voyageurs entre eux.Les toilettes sont pris d'assaut se reposer.Les compartiments sont dans un état,pire qu'une écurie.
Le Maroc utilise encore des vieux trains ne répondant plus aux aspirations du citoyen Marocain.Les pays Européens nous vendent,ou nous responsables achètent ces ferrailles,pour nettoyer le vieux continent.
L'actuel personnel est vieux et dépassé par la nouvelle vague de jeunes diplômés qui attendent la mise à la retraite de ces cheminots.
l'ONCF doit revoir sa politique dans tout les domaines,car il va de sa crédibilité.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs