Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Transport Kénitra aura finalement un nouveau port

L’ANP envisage sa requalification et le recadrage de son système d’exploitation




Transport Kénitra aura finalement un nouveau port
L’Agence nationale des ports (APN) a annoncé le lancement d’une étude portant sur l’identification de nouvelles opportunités pour la requalification du port de Kénitra, dont le maintien de l’activité commerciale se traduit par un déficit structurel, et envisage le recadrage de son système d’exploitation. D’après un communiqué rendu public par ladite agence, cette dernière indique avoir engagé des pourparlers avec les usagers du port et les dockers, en vue d’arrêter les modalités et les mesures d’accompagnement pour la mise en œuvre de ce recadrage.
L’agence explique que sous l’effet des mutations du transport maritime matérialisées notamment par l’augmentation de la taille des navires et de leur cargaison, le port de Kénitra a vu régresser sa capacité de traitement pour le trafic commercial, en raison de plusieurs contraintes structurelles liées à son emplacement fluvial.
Avec un accès nautique qui dépend fortement du dragage du chenal, mais aussi de la marée pour la réalisation des mouvements des navires, le port de Kénitra ne peut recevoir des lignes régulières car il est impossible d’en garantir la régularité, soutient-elle.
Le port, ajoute-t-elle, ne peut, vu les caractéristiques du chenal d’accès au port et la limitation de sa profondeur, recevoir des navires d’une longueur de plus de 110m et d’un tirant d’eau dépassant 5m. La cargaison maximale des navires traités au port ne dépasse pas 3.500 à 4.000 tonnes.
Compte tenu de ces contraintes, l’activité du port de Kénitra ne dépasse pas environ 300.000 tonnes/an, et ne cesse de se rétrécir avec une régression continue des volumes traités d’une année à l’autre.
Selon l’agence, le maintien de l’activité commerciale de ce port se traduit par un déficit structurel en raison du coût du dragage qui avoisine 25 millions de dirhams annuellement et du niveau limité du trafic traité. Ceci renchérit le coût de passage portuaire et impacte négativement la compétitivité des opérateurs.
Cette option est confortée par les préconisations de la stratégie portuaire à l’horizon 2030 qui projette la réalisation d’un nouveau port dans la région de Kénitra, qui desservira, en plus du trafic du port actuel, les flux issus ou à destination du Gharb, Saiss et Loukkos.

Libé
Lundi 27 Mai 2013

Lu 242 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs