Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Transformé en décharge sauvage et déversoir des eaux usées par les riverains : Assif N’Tahala à l’épreuve de la pollution




Transformé en décharge sauvage et déversoir des eaux usées par les riverains : Assif N’Tahala à l’épreuve de la pollution
Dès que l’on débarque au village de Tahala, à une quinzaine de km de Tafraout sur la route de Tiznit,  on est saisi  par la beauté de sa merveilleuse vallée,  Assif N’Tahala, qui s’étend au long des méandres de son Oued réputé pour ses luxuriants lauriers-roses qui tapissent et verdoient son lit tout au long des quatre saisons.    La beauté des lieux  invite d’emblée à la promenade. Néanmoins,   quiconque succombe à la tentation de faire une randonnée dans ces lieux,  mal lui en prendra!   Il en aura à coup sûr pour être mille fois profondément déchanté ;   voire viscéralement écœuré!    Et pour cause!  
Il suffit de descendre dans l’Oued traversant le premier village de la vallée, l’étendu hameau de Tizi  Ouawssift, pour se voir infliger un changement de décor. Les lieux se découvrent sous leur visage le  plus hideux qui  soit. Et de penser illico à la présence massive de ces apocynacées comme une  providence venant cacher cette horreur!  
On a l’impression qu’on débarque au cœur d’un dépotoir sauvage de déchets. Notre vue est assaillie par des fatras  d’immondices  faits de déchets et ordures ménagères qui ensevelissent le lit de l’Oued. Le tout dans une promiscuité puante!  
Un cocktail détonnant!.  Où des emballages contenant encore des restes de produits chimiques toxiques (engrais périmés,  pesticides,  restes de peintures en poudre …) côtoient des cadavres d’ovins en putréfaction, des déchets hospitaliers piquants et tranchants …!  A côté,   des matelas jetés au travers d’une flaque d’eau et des quantités de sacs en plastique noirs s’envolent constamment dans les lieux. Au moment où d’autres sont accrochés aux branches des arbrisseaux,  s’abattant sous les coups  du  vent comme d’effrayants épouvantails ….   
Nous continuons notre chemin. A peine quelques mètres franchis,  saute aux yeux une autre découverte comme pour compléter l’horrible tableau!.  Des égouts des eaux domestiques usées et de vanne en déversement directement dans l’Oued!
Alimentant ainsi un large  flot du répugnant liquide glauque qui a fini par se frayer son cours au milieu du lit.  Un égout à ciel ouvert, pour tout dire!  Les lieux sont impénétrables!.  Des odeurs empuantissent  les lieux,  vous prennent à la gorge  et vous donnent l’envie de vomir tripes et entrailles!.   Ce sont plus d’une trentaine de foyers relevant des trois villages voisins d’Awssift, Dou Touyilt et Tizi Ouawssift, en amont de la vallée d’Assif N’Tahala, qui sévissent chaque jour en se débarrassant de leurs déchets solides et liquides dans l’Oued de proximité.  Ces mauvaises habitudes sont « perpétrées » depuis plusieurs années déjà.   
Et cela se fait sans gêne aucune,   en plein jour. Personne ne s’offusque plus de voir son voisin  commettre ces odieux incivismes, quitte à transformer  leur cadre immédiat en véritable écurie d’Augias.   « Une seule devise prévaut ici, je  jette ma merde loin de ma porte et advienne que pourra !», nous explique un membre d’une association pour la protection de l’environnement.  Lequel, à juste titre, se demande  s’il ne s’agit pas là d’un crime prémédité contre la nature!   Devant cette situation,  on  imagine la portée de ses implications sur la qualité de l’environnement et les équilibres du milieu, d’abord en amont de la vallée, où se trouve la source de cette pollution.   Le sol et les ressources en eaux souterraines en prennent un sacré coup de pollution par la lixiviation  provenant des ordures.  Et de graves conséquences pèsent sur  la faune et la flore de la région.  
A cause de ces sécrétions qui contiennent des métaux lourds ainsi que de fortes doses d’éléments chimiques composant les détergents de lessive présents dans les eaux domestiques rejetées,  très nocifs pour les plantes.  En aval,  les méfaits sont aggravés.    Les eaux déversées, déjà recelant des composants organiques, lessivent dans leur passage des tas d’ordures  et se chargent davantage  d’autres matières dangereusement polluantes. Les conséquences n’ont  pas manqué de rattraper  toute  la partie de l’Oued (sur près de 4 km) se trouvant en bas des villages « pourvoyeurs » de ces saletés   pour l’environnement. Notamment les bourgades d’Ait Dabachine, Afawanod, Tighmrt et  Assaka par où transite le parcours de ces eaux  contaminées.  Ces dernières s’infiltrent  vers les sources souterraines des villageois, la nature perméable de la  terre étant pour permettre facilement la connexion les eaux de surface et souterraines.   
Des malaises de santé symptomatiques d’infections, comme les diarrhées aiguës ressurgissent fréquemment chez l’ensemble des  habitants de ces villages tout au long de l’année.   Ils sont devenus la cible de piqûres des nuées de moustiques  provenant des marécages d’eaux fangeuses,  foyers de prolifération de tous les insectes porteurs d’infections dangereuses, tout au long de l’Oued traversant les villages.    Créant de ce fait de fortes réactions épidermiques chez les habitants et notamment les bébés et les vieilles personnes vulnérables aux allergies. Que font donc les responsables  face à cette  attaque contre l’environnement  qui perdure depuis plusieurs années au détriment des habitants des villages excédés désormais par ces  odieuses conduites indignes et leurs invivables corollaires qu’ils ne peuvent plus supporter?  Concrètement,  rien!
Pourtant, leurs conseillers  au conseil communal d’Irigh N’Tahala  prétendent  avoir tiré la sonnette d’alarme sur cette calamité pour l’environnement lors de nombreuses sessions du conseil. Lequel,  en vertu de l’article 40 de la Charte communale, rappelons-le,  est bien tenu de veiller  à la protection de l’environnement et la préservation de l’hygiène et la salubrité de son territoire de compétence;  plus expressément,  la protection des sites naturels, la qualité de l’eau potable, par l’évacuation des eaux usées, la lutte contre les vecteurs des maladies transmissibles et toutes les  formes de pollution et de dégradation de l’environnement et de l’équilibre naturel.   De ce fait, nous avons demandé au président de prendre  les dispositions de rigueur d’urgence en raison de la dangerosité de cette incommodante situation,  nous avoue Driss Bouâalam, membre du conseil.  
Depuis lors,  ajoute-t-il, la balle est dans son  camp. Et, jusque-là,   aucun signe d’une implication sérieuse du côté de ce responsable, qui, le comble,  se trouve être en plus président de la commission chargée de l’environnement au Conseil de la Région du Souss-Massa-Drâa! De nombreux conseillers haussent le ton et joignent leur voix à celle des élus de  l’opposition,  imputant au président  toute responsabilité de la persistance de ce massacre et les conséquences qui en découlent. Ils récusent tous l’excuse des moyens financiers souvent mise en avant  par leur président pour justifier son inaction. Prétexte tout à fait surmontable.  Dans la mesure où la commune est en droit de  contracter  un crédit et établir  des partenariats dans le but de  bénéficier de l’assistance financière complémentaire, et technique de la part des organismes de l’Etat compétents en la matière, nécessaire pour  réussir un projet d’assainissement liquide à même d’éradiquer ces nuisances dont l’insalubrité ne souffre plus aucune attente.
Devant l’insouciance du premier  responsable communal,  l’Association Azza pour l’environnement de Tahala et l’Association Amal pour la protection de l’environnement de Tafraout décident de prendre  en main  le dossier. Ils font à leur tour pression sur le conseil communal,  mais sans résultat.  Avant de décider de frapper à d’autres portes. Des plaintes sont envoyées dernièrement à l’autorité locale de tutelle. Laquelle a décidé d’organiser une réunion avec les élus,  le représentant des populations concernées et de la société civile de Tahala, l’Association Al Amal pour l’environnement et le responsable du service  d’hygiène. Pour finir en queue de poisson!  Le président de la commune, ayant préféré tirer au flanc!
La question est de savoir s’il ne s’agit pas d’un bras de fer engagé par le président avec  les élus de l’opposition issus des circonscriptions électorales  victimes de cette pollution.  Pour ces conseillers et ces  associations se réclamant de la protection de l’environnement, jusqu’à preuve du contraire,  tout le laisse croire pour le moment!.   Entre-temps, ce sont les habitants de la vallée d’Assif N’Tahala qui trinquent. 

IDRISS OUCHAGOUR
Lundi 11 Avril 2011

Lu 893 fois


1.Posté par errahim le 13/04/2011 10:13
Article pertinent!!!!.Bravo Monsieur OUCHAGOUR.

2.Posté par karine le 03/11/2013 19:07
J'aimerais savoir si la situation s'est arrangée dans la vallée d’Assif N’Tahala , je m' intéresse à ce sujet car je prépare un film documentaire sur la pollution

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs