Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Traces belges au Maroc”, un ouvrage inédit lancé à Bruxelles

Une mosaïque en textes et en images sur la présence des Belges depuis des siècles au Maroc




“Traces belges au Maroc”, un ouvrage inédit lancé à Bruxelles
Un nouvel ouvrage intitulé  'Traces belges au Maroc'' a été présenté, mardi dernier, pour la première fois, à Bruxelles. De son auteure, l'historienne Andrée Collin, ce livre relate les liens qui existent entre le Maroc et la Belgique à travers des photos d'archives datant de la période s'étendant entre le 13ème et le 20ème siècle. 
Né d'une exposition itinérante qui a sillonné le Maroc dans les années 2009-2010, l'ouvrage jette la lumière sur un héritage commun et une mémoire collective, explique Mme Collin qui a fait du Maroc son lieu de résidence et de cœur depuis une douzaine d'années. 
Pour elle, ce sont des sujets, des images et des rencontres insoupçonnées et inattendues que propose aux lecteurs cet ouvrage présenté en marge de la 2ème Haute commission mixte de partenariat Maroc-Belgique. 
L'opus, qui a nécessité plus de trois ans de travail et de recherche documentaire, est une mosaïque de moments plus ou moins historiques, de découvertes inédites qui montrent que les liens entre les deux Royaumes remontent bien loin dans l'histoire, a-t-elle dit à cette occasion.
Présent lors de cette cérémonie de lancement, le ministre chargé des Marocains résiants à l'étranger et des Affaires de la migration, Anis Birou, a indiqué que cet ouvrage met en relief de manière originale et fort attrayante des aspects connus ou parfois inédits de la longue et riche histoire d'amitié maroco-belge. 
Cette publication est un témoignage visuel reconstituant avec fidélité un parcours de près de huit siècles de découvertes, d'émotion partagée, de grands moments solennels ou de petits instants d'escapade et de détente vécus par des Belges au Maroc, a-t-il relevé. 
La valeur de cet ouvrage réside certes dans la qualité de sa conception et de sa riche et minutieuse recherche documentaire et procède aussi et surtout de son objectif de démontrer que le rapprochement, l'appréciation réciproque et la fécondation mutuelle entre deux cultures sans dénominateur commun sont possibles, a ajouté M. Birou. 

Jeudi 20 Février 2014

Lu 638 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs