Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tous contre la violence faite aux enfants


Le CNDH et le
«Mouvement  
Tofola Chaâbia»
collaborent
pour faire face
au problème



Tous contre la violence faite aux enfants
«Attirer l’attention sur la recrudescence du phénomène de la violence à l’égard des femmes  et ses répercussions négatives sur l’enfant et la société». Tel a été l’objectif du séminaire organisé récemment par le  mouvement «Tofola Chaâbia» en association avec le Conseil national des droits de l’Homme. Cette manifestation a eu pour objectifs notamment  de promouvoir la sensibilisation à l’égard de cette problématique et d’instaurer les mécanismes y afférents.
Le séminaire présidé par Jamila Siouri, membre du CNDH et présidente de l’Association «Adala» a été l’occasion d’émettre des propositions sur la manière dont il convient  de faire face à ce phénomène. Dans ce cadre, Abdelhak Kamim, membre du CNDH, a présenté l’étude  des Nations unies sur la nature de cette violence et comment elle se propage au sein de la famille, des institutions éducatives et de la société  en général. Il a ainsi rapporté que selon des chiffres de l’OMC, près de 530 000 enfants âgés de 0 à 17 ans ont été tués en 2002 et 21% des femmes ont été victimes d’agressions sexuelles avant leur quinzième anniversaire, dans certains pays.
Cette rencontre a été organisée à l’occasion du 57ème anniversaire du  mouvement «Tofola Chaâbia» qui a inauguré son programme national pour cette saison sous le thème «Tous contre la violence faite aux enfants». Celui-ci  vise à imprégner la société marocaine de la culture des droits de l’Homme en général et de  ceux de l’enfant en particulier
Dans ce cadre, le secrétaire général du mouvement, Abdelilah Hassanine, a expliqué que le programme de cette année  se justifie par la conviction du mouvement que le degré de violence a atteint des taux inégalés ainsi que par sa  volonté de participer aux travaux sur la convention relative aux droits de l’enfant et les protocoles facultatifs les concernant et que le Maroc a ratifiés.
Après un premier axe de débats portant sur l’harmonisation des lois marocaines avec les engagements internationaux du Royaume et des lois nationales relatives à ce sujet, le deuxième s’est penché sur le volet éducatif à travers une première présentation sur les «approches éducatives afin  de prévenir la violence à l’égard des enfants». «La socialisation et le rôle des institutions éducatives dans la promotion d’une culture de lutte contre la violence ont fait l’objet de la deuxième intervention.
Ainsi, Brigitte Al Andaloussi a-t-elle précisé que la violence peut être physique, psychique, ou verbale. A cet effet, elle a présenté des statistiques qui montrent que  85% des élèves n’osent pas rapporter la violence que leur font subir leurs instituteurs.
Enfin, l’un des participants a précisé que faute de données statistiques relatives à ce fléau, on n’est pas en mesure de connaître  son étendue. D’ailleurs, même les cas rapportés ne suscitent pas d’intérêt de la part des institutions spécialisées.

Najoua Friguech (Stagiaire)
Mardi 8 Janvier 2013

Lu 193 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs