Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tournée subsaharienne du président américain

Obama attendu mais pas en terrain conquis




Tournée subsaharienne du président américain
Le président américain Barack Obama, qui entame la semaine prochaine une visite officielle en Afrique subsaharienne, est très attendu sur cette partie du continent où, cependant, l'on se tourne de plus en plus vers d'autres pays comme la Chine, qui y accroît sa présence.
"Obama a jusqu'à présent échoué en Afrique", estime Chika Onyeani, rédacteur en chef du magazine africain Sun-Times basé aux Etats-Unis, dans un article consacré à la visite du président américain, métis né aux Etats-Unis d'un père kenyan et dont l'élection, en 2008, avait suscité un immense espoir sur le continent.
Pour la Maison-Blanche elle-même, il était "grand temps" de faire cette tournée en Afrique subsaharienne. Le 14 juin, son conseiller adjoint de sécurité nationale, Ben Rhodes, reconnaissait que l'absence du président Obama avait "beaucoup déçu" sur le continent.
"L'Afrique est une région extrêmement importante. Nous y avons des intérêts énormes. Certaines des économies qui croissent le plus vite sont situées en Afrique (...) Il nous faut être présents en Afrique", avait-il dit, en faisant valoir que la Chine, la Turquie et le Brésil, notamment, avaient développé leur présence ces dernières années.
La Chine surtout, avide de matières premières, prend effectivement de plus en plus pied sur le continent: les Chinois sont devenus en 2009 les premiers partenaires de l'Afrique, d'après l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). Selon une étude publiée en avril par le groupe de réflexion Center for Global Development, la Chine a investi 75,4 milliards de dollars en Afrique au cours de la période 2000-2011, ce qui représente environ un cinquième du total des investissements sur le continent, s'approchant des montants dépensés par les Etats-Unis, qui y ont investi 90 milliards de dollars. Mais l'argent apporté par Pékin l'a été dans des domaines bien différents. Et les Chinois sont moins regardants sur les conditions ou prennent plus de risques dans certains pays et secteurs (mines, commerce, infrastructures, construction...) où les Etats-Unis se poseraient en gendarme de la démocratie et des droits de l'Homme.

AFP
Vendredi 21 Juin 2013

Lu 325 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs