Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tournée arabe du Premier ministre turc : Tayyip Erdogan ne se rendra pas à Gaza




Il n’y a pas pour l’instant de visite à Gaza au programme du périple arabe que doit effectuer la semaine prochaine le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, a-t-on appris vendredi de sources concordantes turques. M. Erdogan avait réitéré mardi son intention de se rendre à Gaza, territoire palestinien contrôlé par le mouvement islamiste radical Hamas, en marge d’une visite en Egypte. «Jusqu’à présent, dans notre programme, il n’est pas prévu de visiter Gaza”, a déclaré une source au bureau du Premier ministre, qui a requis l’anonymat.»Autant que je sache, il ne va pas à Gaza”, a déclaré une autre source du même bureau du Premier ministre. Un diplomate turc interrogé avait pour sa part déclaré jeudi à l’AFP que la visite à Gaza n’était pas au programme,  «parce que la Turquie ne veut pas contrarier la nouvelle administration égyptienne», avec le passage d’une telle délégation officielle turque par le poste frontière de Rafah, entre l’Egypte et la Bande de Gaza.
Une telle visite dans ce territoire palestinien ne manquerait pas d’envenimer encore un peu plus les relations, déjà très tendues, entre la Turquie et Israël, qui considère le Hamas comme un  «mouvement terroriste». M. Erdogan, dont le gouvernement est issu de la mouvance islamiste, considère les militants du Hamas comme des «résistants en lutte pour la défense de leur terre» .
Le Premier ministre turc est attendu à partir de lundi ou mardi en Egypte, en Libye et en Tunisie, trois pays du Printemps arabe avec lesquels la Turquie s’efforce de renforcer ses contacts et où elle cherche à accroître son influence. Ce périple est organisé à un moment où Ankara ne cesse de hausser le ton à l’égard de son ancien allié israélien.
 «Les navires de guerre turcs seront chargés de protéger les bateaux turcs acheminant de l’aide humanitaire vers la bande de Gaza”, soumise à un blocus israélien, a ainsi déclaré jeudi M. Erdogan sur la chaîne de télévision Al-Jazira. «Désormais, nous ne permettrons plus que ces bateaux soient la cible d’attaques de la part d’Israël comme cela a été le cas avec la  «flottille de la Liberté”, car Israël fera alors face à une riposte appropriée», a-t-il prévenu.
Face au refus d’Israël de présenter des excuses pour un raid sur un navire turc de cette flottille se rendant à Gaza (neuf morts turcs, le 31 mai 2010), la Turquie a, dans une nouvelle escalade, expulsé la semaine dernière l’ambassadeur israélien, et gelé les relations militaires, jadis florissantes. A rappeler qu’Ankara avait déjà annoncé, vendredi, l’expulsion de l’ambassadeur et d’autres diplomates israéliens, après la publication d’extraits d’un rapport de l’ONU sur la mort de neuf Turcs pro-palestiniens en mai 2010 dans l’assaut lancé par un commando de Tsahal sur une flottille « humanitaire “ qui tentait de forcer le blocus de la Bande de Gaza. Le refus d’Israël de présenter des excuses officielles a fortement irrité la Turquie, pays membre de l’Otan, qui a annoncé son intention de saisir la justice internationale pour contester ce blocus. 

Libé
Samedi 10 Septembre 2011

Lu 318 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs