Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tournée Royale au Mali, en Guinée Conakry, en Côte d’Ivoire et au Gabon

Ferme soutien à Bamako




Tournée Royale au Mali, en Guinée Conakry, en Côte d’Ivoire et au Gabon
Sa Majesté le Roi Mohammed VI effectuera à partir d’aujourd’hui deux visites officielles au Mali et en Guinée Conakry et deux visites de travail et d'amitié en Côte d’Ivoire et au Gabon.
La visite officielle du Souverain au Mali, qui intervient cinq mois après celle effectuée par le Souverain à Bamako pour assister à la cérémonie d'investiture du président Ibrahim Boubacar Keita, illustre incontestablement la ferme détermination du Maroc à soutenir un pays frère durant cette nouvelle phase de stabilisation, de réconciliation et de reconstruction nationales. Fort d'un important capital de confiance tant sur la scène régionale qu'internationale, le Royaume s'est fortement investi dans les efforts internationaux pour faire face à la grave crise malienne depuis son déclenchement, en janvier 2012, à travers de multiples initiatives et actions diplomatiques et humanitaires, hautement saluées tant par le peuple et les autorités du Mali que par la communauté internationale.  La visite effectuée par SM le Roi Mohammed VI en septembre dernier à Bamako pour assister, en tant qu'invité d'honneur, à la cérémonie d'investiture du président malien, a constitué une nouvelle marque de cet engagement Royal pour l'instauration de la paix dans ce pays frère, de même qu'elle a confirmé l'attachement du Royaume à la stabilité dans la sous-région et son engagement infaillible envers ses alliés et partenaires du Sud.
Dans un discours prononcé à cette occasion, SM le Roi avait souligné que "le Maroc restera le partenaire fidèle et engagé du Mali. Ainsi, il ne ménagera aucun effort pour accompagner ce pays dans les domaines économiques dans lesquels il sentira le besoin".
"Nous apporterons notre soutien au développement humain du Mali, à la construction d'infrastructures de base et à l'amélioration de la santé des populations", avait affirmé le Souverain.
C'est ainsi que sur hautes instructions Royales, quelques jours seulement avant la visite du Souverain à Bamako, un hôpital de campagne marocain a été installé dans la capitale malienne en vue d'alléger les souffrances d'un peuple profondément affecté par des mois de conflit militaire dans la région septentrionale du pays.
Installé à proximité du stade "Modibo Keita" à Bamako, l'hôpital de campagne marocain a offert des prestations de santé de qualité à des milliers de Maliens dans différentes spécialités, notamment la neuropsychiatrie, la cardiologie, la pneumologie, la dermatologie, la chirurgie plastique, la pédiatrie et la gynécologie. Outre l'hôpital de campagne, le Royaume a été parmi les premiers pays à dépêcher, au summum de la crise dans ce pays frère, une aide humanitaire au profit des réfugiés maliens en Mauritanie, au Niger, au Burkina Faso et à l'intérieur du Mali. Le soutien du Royaume envers ce pays frère s'est illustré également à travers la signature à Bamako, sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, et du président malien, Ibrahim Boubacar Keita, d'un accord en matière de formation des imams maliens.
Cet accord qui stipule que le Maroc forme 500 imams maliens sur plusieurs années, s'inscrit dans le cadre de la contribution du Royaume à la reconstruction du Mali dans un secteur stratégique face aux menaces de l'extrémisme.
Il illustre, de même, la profondeur des liens culturels, cultuels et spirituels entre les deux pays, qui partagent notamment l'Islam sunnite de rite malékite et se réclament des mêmes valeurs de tolérance et d'ouverture à l'autre.
Dans le cadre de la mise en œuvre de cette opération de coopération sans précédent dans un domaine aussi important, un premier groupe de jeunes maliens vient d'entamer au Maroc une formation dans le domaine.
En matière de formation des cadres, le Maroc a décidé en 2013 d'augmenter à cent le nombre des bourses octroyées aux jeunes maliens qui poursuivent leurs études dans le Royaume.
Sur le plan diplomatique, en présidant le Conseil de sécurité durant le mois de décembre 2012, le Maroc a mené une vraie campagne pour l'adoption des résolutions qui ont enclenché tout le processus actuel de normalisation au Mali. 
De même, lors des Conférences des donateurs de janvier 2013 à Addis-Abeba et du mois de mai à Bruxelles, le Maroc a marqué sa présence et apporté ses contributions au Mali.
Outre son soutien politique sans faille, le Maroc a continué à soutenir la relance de l'économie malienne à la faveur d'une coopération bilatérale distinguée, pérennisant les relations entre les deux parties dans le cadre d'un partenariat Sud-Sud et gagnant-gagnant. Le Maroc demeure ainsi le premier investisseur africain au Mali avec une présence très remarquée dans le secteur des télécommunications et bancaire.
 

Une coopération solide et un avenir prometteur

La coopération bilatérale entre le Maroc et le Mali, caractérisée par sa dimension multidimensionnelle, est promise à un avenir prometteur à la faveur des multiples accords signés entre les deux pays et de la volonté commune de SM le Roi Mohammed VI et du président malien, Ibrahim Boubacar Keita, de la hisser à des niveaux supérieurs et de l'élargir à tous les domaines.
Les accords et les conventions de partenariat liant Rabat et Bamako ont connu une forte impulsion depuis l'accession de SM le Roi Mohammed VI au trône de ses glorieux ancêtres, traduisant ainsi l'attachement du Royaume à ses racines africaines et sa ferme détermination à promouvoir une coopération Sud-Sud bénéfique à chacun et au service des peuples, de la stabilité et de la paix.
Les relations entre le Royaume du Maroc et la République du Mali ne datent pas d'hier et couvrent divers domaines, allant du politique au social, passant par le sport et la culture, et bien évidemment la coopération en matière de gestion de la chose religieuse à laquelle les dirigeants des deux pays accordent une place de choix en vue de pérenniser les valeurs communes que partagent les deux peuples, Marocains et Maliens, des siècles durant.
Sous l'impulsion de SM le Roi Mohammed VI, qui n'a eu de cesse d'appeler à la promotion de la coopération Sud-Sud, le Maroc et le Mali ont insufflé une nouvelle dynamique à leurs relations bilatérales multiformes et volontaristes, grâce notamment à l'échange régulier de visites entre hauts responsables et aux accords et conventions signés dans de nombreux domaines.
Ainsi, le 26 octobre 2000, les deux pays avaient signé à Rabat un protocole d'accord de coopération dans les domaines de l'emploi, du travail et de la formation professionnelle.
En vertu de cet accord, les deux pays conviennent d'échanger des expériences, des études et des visites concernant les politiques de l'emploi et la gestion du matériel du travail.
Une année après, soit le 18 septembre 2001, il a été procédé à la signature d'un accord de coopération dans les domaines de la jeunesse, du sport, de l'enfance, de la femme et de la formation des cadres, et le 7 juillet 2003, un protocole de coopération a été signé, à Marrakech, dans les domaines de la modernisation de l'administration municipale, la protection de l'environnement et la promotion des politiques sociales entre la communauté urbaine de la cité ocre et la ville malienne de Tombouctou.
Cet accord, qui s'inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération décentralisée, prévoit également la promotion des échanges culturels, le développement économique entre les deux villes et la promotion du secteur de l'artisanat.
Il a été suivi, le 11 février 2005, par la conclusion de plusieurs conventions de coopération et de partenariat entre le Conseil régional de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer, le Conseil régional de Ziguinchor (Sénégal), l'Assemblée régionale de Tombouctou (Mali) et plusieurs autres régions du Maroc.
La coopération entre le Maroc et le Mali s'est renforcée davantage avec la signature, le 6 juillet 2007 à Marrakech, de deux mémorandums d'entente et de coopération avec la Mauritanie et le Mali, ayant pour objectif le développement des actions de coopération dans le domaine de l'énergie entre le Royaume et les deux pays.
Les domaines de coopération couverts par ces deux accords sont notamment la production, le transport et la distribution des hydrocarbures et de l’énergie électrique, la régulation du marché électrique, l’électrification rurale, le développement des énergies renouvelables, la maîtrise de l’énergie et la formation dans le domaine de l'énergie.
Le secteur des finances n'était pas en reste, puisque le 10 novembre 2008 un acte de cession de 51% du capital de la Banque internationale pour le Mali (BIM-SA) au groupe Attijari Wafa Bank, pour 40 milliards de FCFA (environ 60 millions d'euros) a été signé à Bamako.
La coopération religieuse occupe une place prépondérante dans les relations historique séculaires entre les deux pays. En témoignent les initiatives louables et les actions concrètes initiées par le Maroc dans ce domaine au profit du Mali.
En effet, le 20 septembre dernier à Bamako, SM le Roi Mohammed VI et le Président malien Ibrahim Boubacar Keita, avaient présidé la cérémonie de signature d'un accord en matière de formation de quelque 500 imams maliens.

Sous le signe de la confiance et du renouveau

Le Maroc et le Mali entretiennent des relations à la fois séculaires et exceptionnelles, basée sur la confiance mutuelle et une volonté partagée d'élargir les perspectives de coopération entre les deux pays frères, sous l'impulsion de SM le Roi Mohammed VI et le président Ibrahim Boubacar Keita. 
Cette haute volonté inébranlable de booster les relations entre les deux pays, au demeurant, liés par des rapports profonds autour d'un riche patrimoine socio-culturel et cultuel commun, trouve son expression dans la nouvelle synergie entre le Maroc et le Mali, en parfaite harmonie avec l'engagement ferme et permanent du Souverain en faveur d'une coopération Sud-Sud solide, agissante et solidaire.
C'est dans cette optique que la visite couronnée de succès de SM le Roi Mohammed VI en septembre dernier à Bamako pour assister, en tant qu'invité d'honneur, à la cérémonie d'investiture du président Ibrahim Boubacar Keita, a constitué un évènement politique majeur et riche en symboliques sur le plan bilatéral, tant que l'estime et la considération dont jouit le Maroc, sous la conduite sage et clairvoyante du Souverain, dans toute la région, ne sont pas à démontrer.
Fruit de ses relations politiques, économiques, culturelles et spirituelles millénaires tissées avec ses différents partenaires du Sud, et de son modèle de stabilité, d'ouverture et de tolérance, cet important capitale de confiance confère au Royaume le statut d'un acteur fidèle, sérieux et crédible pour le règlement des différentes crises, tant à l'échelle régionale qu'internationale.
Illustration parfaite de leur conviction quant à la pertinence des efforts entrepris par le Maroc pour la stabilité de leur pays, l'accueil chaleureux réservé par les Maliens, autorités et peuple, à SM le Roi, dans une ambiance haute en couleur, où se mêlaient les sentiments d'affection, de gratitude et d'estime au Souverain, ont ravivé les émotions de plusieurs siècles de communion entre les deux peuples et apporté une nouvelle preuve du rayonnement historique et religieux du Maroc sur tout le continent africain.
Devant un parterre de plus d'une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement, M. Keita a ainsi tenu à rendre, dans son discours d'investiture, un hommage tout particulier à SM le Roi, en exprimant ses sincères remerciements au Souverain dont la présence, ce jour, constitue un incommensurable et insigne honneur pour le peuple malien.
"Sire, Votre présence, ici aujourd'hui, est un signe incontestable d'estime et d'amitié dont nous Vous saurons éternellement gré", a-t-il ajouté.
Et pour résumer la solidité et la consistance des liens entre le Mali et le Maroc, il évoquera brièvement l'histoire séculaire, citant les oulémas et autres jurisconsultes dont l'aura est partagée, telle la figure légendaire d'Ahmad Baba Soudani.
Des racines entremêlées mais pérennes que le nouveau président malien résuma en une formule éloquente: "A Tombouctou, nous nous sentons à Fès et à Fès nous nous sentons à Tombouctou".
Ce sentiment de gratitude et de considération des Maliens a été réitéré une nouvelle fois par le président Keita dans un discours adressé à la nation à l'occasion du nouvel an.
Le chef de l'Etat malien a mis en avant la visite historique de SM le Roi au Mali, soulignant que "le Souverain est resté quatre nuits et cinq jours. Il a prié avec nous. Il a visité nos chaumières et pensé à nos malades en venant chez nous avec un hôpital de campagne".
Et tout cela, après plusieurs gestes humanitaires et un appui politique constant à la cause malienne au sein du Conseil de sécurité, alors sous présidence marocaine , a-t-il affirmé.
"Toujours au cours de cette visite, Sa Majesté le Roi a octroyé cinq cent bourses pour la formation de nos imams à un Islam de tolérance et d'amour qui n'exclut ni la profondeur, ni la sincérité", a indiqué le président Keita.
 

MAP
Mardi 18 Février 2014

Lu 1558 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs