Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tony Blair interrogé dans le cadre d'une enquête sur l'Irak




L'ancien Premier ministre britannique Tony Blair sera interrogé publiquement l'an prochain sur la guerre en Irak dans le cadre d'une enquête attendue de longue date, annonce le président de la commission chargée de mener les investigations.
John Chilcot a précisé dans un communiqué que les cinq membres de la commission d'enquête entameraient les audiences publiques le 24 novembre avant d'interroger à partir de janvier plusieurs dirigeants britanniques.
Un porte-parole de Blair, présenté comme un candidat possible au poste de président de l'Union européenne créé par le traité de Lisbonne, a déclaré que l'ancien Premier ministre coopérerait pleinement à l'enquête.
Les raisons de l'entrée en guerre de la Grande-Bretagne aux côtés des Etats-Unis en 2003 figureront au cœur des travaux de la commission.
Lors de réunions préparatoires avec la commission, des familles de militaires britanniques tués en Irak ont accusé Tony Blair, alors Premier ministre, d'avoir embarqué la Grande-Bretagne dans une guerre illégale et d'avoir trompé l'opinion publique sur les raisons de cet engagement. Le gouvernement britannique avait justifié l'entrée en guerre en déclarant que Saddam Hussein était en possession d'un arsenal d'armes de destruction massive, dont aucune trace n'a jamais été retrouvée.
Au total, le conflit a coûté la vie à près de 180 militaires britanniques.
Les parents des militaires tués ont fait savoir qu'ils voulaient que les enquêteurs se concentrent sur trois points: la légalité de la guerre d'Irak, les failles en matière d'équipements et de matériels dont les militaires britanniques étaient dotés, et la réalité des informations émanant des services de renseignement britanniques pour justifier la participation de Londres au conflit.La commission d'enquête a été créée par le successeur de Tony Blair, Gordon Brown, qui a longtemps résisté à cette idée tant que la vaste majorité des troupes britanniques n'auraient pas quitté l'ancienne Mésopotamie, ce qui est le cas aujourd'hui.
Brown s'est aussi rallié à l'idée d'organiser des audiences publiques alors qu'il était favorable au début à ce qu'elles restent privées.
"Nous allons utiliser les cinq premières semaines d'audiences pour établir un compte rendu fiable des caractéristiques principales de l'engagement britannique en Irak", a déclaré John Chilcot. La commission entendra ensuite dans un premier temps des responsables militaires ayant conseillé le gouvernement sur la marche à suivre en Irak. "Cela nous apportera une compréhension claire de la manière dont les politiques ont été conçues et mises en œuvre", a déclaré Chilcot.
Puis, au début de l'année 2010, "nous entamerons le recueil des témoignages des ministres (dont le Premier ministre) sur leur rôle et leurs décisions", a-t-il ajouté sans préciser si l'actuel chef du gouvernement serait appelé à témoigner. Chilcot, qui espère remettre son rapport définitif d'ici la fin 2010, a fait savoir que son enquête n'avait aucun caractère légal et n'avait pas valeur de procès.

AP.AFP
Samedi 14 Novembre 2009

Lu 224 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs