Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tomber de rideau sur l’affaire Ould El Hiboul




Tomber de rideau sur l’affaire Ould El Hiboul
La chambre criminelle d'appel chargée des crimes financiers près la Cour d'appel de Rabat a rendu son verdict à l'encontre de 18 personnes poursuivies pour "corruption positive et active" dans l'affaire dite "Ould El Hiboul", dont 16 éléments de la police de Skhirat-Témara, en décidant d'alourdir ou d'alléger les peines prononcées à l'encontre des mis en cause par la chambre criminelle de première instance.
C'est ainsi que le tribunal a décidé d'abaisser de quatre à trois ans de prison ferme la peine du principal accusé El Miloudi Zahhaf, alias Ould El Hiboul, un trafiquant de drogue notoire.
Le tribunal a également décidé d'acquitter huit éléments de la police dont un commissaire-chef d'arrondissement, trois officiers et trois inspecteurs. Ces personnes avaient été condamnées en première instance à des peines allant de trois à huit mois de prison ferme.
La cour d'appel a confirmé par ailleurs l'acquittement prononcé en première instance à l'encontre d'un inspecteur supérieur.
Le tribunal a décidé de relever de 18 mois à trois ans de prison ferme à l'encontre d'un seul accusé, un inspecteur de police, et de 18 mois à deux ans de prison ferme pour trois accusés un officier et deux inspecteurs, et de six mois à un an de prison à l'encontre de deux inspecteurs, et de quatre mois à un an de prison à l'encontre d'un agent de police.
Une femme, qui assurait le rôle d'intermédiaire, a vu sa condamnation passée d'un an à deux ans de prison ferme.
La Chambre criminelle de première instance chargée des crimes financiers près la Cour d'appel de Rabat avait prononcé, en avril 2013, des sentences allant de l'acquittement à 4 ans de prison ferme contre les 18 accusés. 
El Miloudi Zahhaf avait écopé de 4 ans de prison ferme, assortis d'une amende de 10 mille dirhams pour corruption, alors que Aziza. K, l'intermédiaire, avait été condamnée à une année de prison ferme et une amende de 5 mille DH pour avoir participé à des faits de corruption. Les éléments de la police avaient écopé de peines de prison allant de trois mois à 18 mois.
Les mis en cause étaient poursuivis pour "abstention d'acte lié à la fonction, divulgation du secret professionnel et corruption active et passive", conformément à l'article 248 du code pénal.
Le tribunal de première instance de Temara avait condamné le principal accusé dans cette affaire, Ould El Hiboul, à dix ans de prison ferme pour trafic de drogue.
 

MAP
Vendredi 21 Mars 2014

Lu 411 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs