Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tirs de roquettes sur la ville de Gao, dans le nord du Mali

Une position de l'armée attaquée dimanche




Des tirs de roquettes ont visé lundi la ville de Gao, dans le nord du Mali, où stationnent des casques bleus et des soldats français, a-t-on appris de sources militaires et auprès d'habitants.
 Selon les Nations unies, quatre explosions ont retenti vers 05h30 (05h30 GMT) dans la ville de Gao et près de l'aéroport sans faire ni dégât ni victime.
 Radhia Achouri, porte-parole de la force de maintien de la paix au Mali (Minusma), n'a pas été en mesure de dire quels sites étaient visés.
 Gao est une des principales bases de l'armée française dans le cadre de l'opération régionale antiterroriste Barkhane. Cette opération, qui mobilise quelque 3.500 soldats français dans cinq pays de la région, a pris le relais de l'opération Serval lancée au Mali en janvier 2013 pour repousser les groupes armés islamistes qui menaçaient de prendre le contrôle de Bamako.
 Un millier de soldats français sont toujours déployés au Mali, essentiellement dans le cadre de Barkhane. La mission de l'Onu compte elle près de 10.000 hommes.
Dimanche, un militaire malien a été blessé et deux sont portés disparus après l'attaque de leur poste par des hommes armés dans la ville de Niono, dans le centre, ont indiqué à l'AFP des sources militaire et de sécurité maliennes.
 Les assaillants ne sont pas identifiés mais ils ont été qualifiés de "terroristes" par la source militaire jointe à Niono, à près de 350 km de Bamako, dans la région de Ségou, où le président malien Ibrahim Boubacar Keïta vient de boucler une tournée d'une semaine.
 "Le poste de sécurité de l'armée qui se situe du côté est de Niono a été attaqué ce dimanche par des terroristes. Un militaire a été blessé et deux autres sont portés disparus", a déclaré la même source.
 En outre, "un véhicule de l'armée et du matériel militaire ont été emportés", a-t-on ajouté.
 L'attaque et son bilan ont été confirmés par la source de sécurité, qui ne s'est cependant pas prononcée sur l'identité des auteurs de l'opération.
 Selon elle, "les assaillants ont effectué une partie du trajet à moto. (...) Ensuite, ils se sont dissimulés dans un troupeau d'animaux pour approcher la position de l'armée malienne, du côté est de la ville de Niono".
 Aucun détail supplémentaire n'était disponible dans l'immédiat sur cette attaque perpétrée au lendemain du retour à Bamako du président Keïta, après une tournée d'une semaine dans la région de Ségou, marquée par une étape le 9 décembre à Niono, d'après la présidence malienne.
 La région de Ségou jouxte celle de Mopti (centre), qui a enregistré depuis le début de l'année plusieurs attaques attribuées à des jihadistes, comme celle contre un poste de sécurité à Djenné, où un membre de la Garde nationale a été tué et un autre blessé le 15 novembre.
 Des groupes jihadistes liés à Al-Qaïda ont contrôlé pendant près de dix mois - entre mars-avril 2012 et début janvier 2013 - le vaste nord du pays.
Ils en ont été en grande partie chassés et dispersés par une intervention militaire internationale déclenchée en janvier 2013 à l'initiative de la France, toujours en cours. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères.

Mardi 15 Décembre 2015

Lu 333 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs