Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tindouf, un enlèvement qui en dit long




L’implication du Polisario dans l’enlèvement des otages européens, deux Espagnols et une Italienne, membres d'une ONG, n’est plus à démontrer. Plusieurs rapports avaient, depuis déjà quelques années, pointé du doigt les milices d’Abdelaziz, les accusant de mener des actes terroristes dans plusieurs régions notamment au Mali, au Niger et au Nord de la Mauritanie. Pour rappel, on  avait publié il y a un peu plus d’une année un extrait d’acte de naissance de l’un des chefs de la nébuleuse terroriste auto-baptisée Al-Qaïda dans le Maghreb Islamique (AQMI). Mais, ce qui est à souligner, dans ce contexte, est qu’il existe toujours des dizaines, et plus exactement cinquante six Sahraouis dont le sort n’a jamais été élucidé jusqu’à présent. Le verbe “disparaître” à Tindouf se conjugue à tous les temps de la journée. Un fait quasi-quotidien. Des rumeurs circulent sur le décès sous la torture de beaucoup d’entre eux, mais leurs familles persistent et signent: les Nations unies doivent accomplir leur devoir d’investigation pour connaître leur sort.  
Dans les camps, des personnes meurent sous la torture, assassinées de sang-froid ou incarcérées sans procès. Il est vrai que les associations marocaines actives dans le domaine soutiennent que les disparus se comptent par centaines, mais leur liste comprend les cas de ceux qui remplissent les critères de recevabilité par les organismes compétents des Nations unies (nom, prénom, photo, adresse, famille proche et lointaine, tribu).
 Bien qu’ayant, depuis bien longtemps, eu vent de ces disparitions forcées, les Nations unies n’ont pas bougé le petit doigt. L’intransigeance devrait primer dans ce genre de questions des droits humains de part et d’autre, notamment après le dernier acte d’enlèvement des trois Européens sur le sol algérien.   
Si le Maroc a libéré le groupe de Sahraouis arrêtés sur fond d’une affaire de « coopération avec l’ennemi », à Tindouf, la répression est monnaie courante. Personne ne bouge sans l’autorisation de la soldatesque d’Abdelaziz, ou plus précisément de sa femme Khadija Hamdi. Une surveillance policière de tous les aspects de la vie sociale des camps. Le problème est que les gens ne peuvent même pas s’enquérir du sort des leurs, bien qu’ils adhèrent aux thèses séparatistes. Le cas le plus flagrant est la disparition de Bachir Salek El Hissen, frère du président d’une prétendue « Union des juristes sahraouie » basée à Genève et relevant pourtant du Polisario.  

MUSTAPHA ELOUIZI
Jeudi 3 Novembre 2011

Lu 777 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs