Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Third world au cinquième Casa Music. Du reggae aux accents punk et rock




Third world au cinquième Casa Music. Du reggae aux accents punk et rock
Après Burning Spear l’année dernière, Casa Music revient en cette cinquième édition ave une autre légende vivante du reggae : Third World. Vendredi 17 juillet 2009, la scène Al Hank a accueilli ce groupe jamaïcain dans le cadre de la cinquième édition du Festival de la métropole. Un groupe qui se fait rare sur scène mais qui fête cette année son 36ème anniversaire. Au bout des deux premières chansons, la scène s'est transformée en chaudron sur une rythmique groove et entraînante et des voix hypnotisantes malgré des synthétiseurs parfois un peu trop omniprésents. De leur côté, les festivaliers de Casa Music ont répondu présent à cette prestation qui restera sans doute dans les annales. Car, même aux oreilles les moins averties, Third World, formé en 1973 en Jamaïque, a confirmé qu’il a bel et bien réussi le métissage entre reggae, funk, disco et même classique. Entre «96 degrees in the shade», qui reste encore aujourd’hui une référence, « Now that we found love», un sublime mélange de funk et reggae, le groupe a saisi l’occasion pour rendre hommage au défunt roi de la pop Michael Jackson décédé le 25 juin 2009. Et pour cause. Third World a présenté également les meilleurs titres de leur dernier album « Black Gold Green», sorti en 2006.
Et pour les fans du reggae traditionnel, les refrains de «Stand up for your rights» et «We dont need no more troubles» de Bob Marley ont été repris en chœur comme des hymnes stades par le public. Pour son premier concert marocain, Third world avec sa discographie impressionnante, a été à la hauteur du talent d’un groupe aux multiples facettes musicales. Vivement leur prochain concert.
Signalons en fin, qu’en avant-première du très attendu concert de Third World, Mayara Band a assuré une belle prestation scénique. Le lauréat de Génération Mawazine 2007 et Tremplin Boulevard 2008, a su encore une fois gagner les faveurs du public. Se basant sur le rythme da la musique gnawa, le groupe arpente avec frénésie toute une panoplie de styles : funk, ragga, raï, dub, reggae ou encore flamenco. Son aventure musicale ne fait que commencer et s’annonce très prometteuse.

Ayoub Akil
Lundi 20 Juillet 2009

Lu 301 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs