Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“The Revenant” pourrait valoir à DiCaprio son premier Oscar




“The Revenant” pourrait valoir à DiCaprio son premier Oscar
Dans «The Revenant», épique quête de vengeance dans le Grand-Nord américain, Leonardo DiCaprio dévore un vrai foie de bison cru. Le prix à payer pour peut-être, enfin, remporter son premier Oscar. «Je voulais que ce soit réel. (...) C'était absolument dégoûtant. Ma réaction, qui est la nausée, se voit à l'écran», a-t-il raconté dans l'émission de télévision Today. Dans le dernier film du Mexicain Alejandro Inarritu, l'acteur de 41 ans, avec plus de 25 ans de carrière à son actif, incarne Hugh Glass, légendaire trappeur américain de la conquête de l'Ouest dans les années 1820. Laissé pour mort et enterré vivant par des équipiers qui le trahissent et tuent son fils à moitié indien, il doit survivre seul et sans arme dans la nature la plus sauvage, avec une obsession: se venger. «La beauté du film», sorti vendredi à travers toute l'Amérique du Nord, «c'est d'avoir tous les éléments contre soi» et de s'en sortir malgré tout, explique le comédien aux yeux bleus.
«C'est le triomphe de l'esprit humain» et de l'esprit de revanche qui anime cet homme «incroyablement résilient», ajoute celui qui a fait ses débuts dans la série télévisée «Santa Barbara» avant d'accéder à une célébrité mondiale grâce à «Gilbert Grape» (1993), face à Johnny Depp.
«The Revenant» marque le retour en force d'Alejandro Inarritu, dont le précédent film «Birdman», huis-clos dans un théâtre, avait triomphé l'an dernier aux Oscars.
Son nouveau film coup de poing, qui réinvente le genre du western, allie des scènes choc à la cinématographie magistrale d'Emmanuel Lubezki, dans des grands espaces immaculés de toute beauté sous un éclairage naturel. Dans le combat corps à corps de Glass avec un grizzli, ou dans sa chute à cheval du haut d'une falaise, l'art des effets spéciaux atteint des sommets de  réalisme...
L'épopée de Glass est toutefois aussi un voyage émotionnel, entre la peur, la soif de vengeance, le désespoir causé par la perte de tous les siens. D'après le site de pronostics Goldderby.com, grâce au rôle de Hugh Glass, DiCaprio fait l'unanimité des prédictions pour l'Oscar du meilleur acteur, qui sera décerné le 28 février.
L'acteur fétiche de Martin Scorsese («Gangs of New York», «Shutter Island»,  «Le loup de Wall Street»...) a déjà remporté deux Globes pour «Le loup de Wall Street» (2014) et «Aviator» (2005), mais, malgré cinq nominations, pas encore d'Oscar. Son heure est peut-être venue, d'autant que les membres de l'Académie des  sciences et arts du cinéma, qui votent pour les précieuses statuettes, ont généralement un faible pour les rôles physiques.

 

Lundi 11 Janvier 2016

Lu 157 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs