Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tétouan : La CR d’Aït Lahcen s’oppose à la réalisation d’un projet touristique




La famille des Oulad Kacem à Tétouan ne croit pas ses yeux. Le projet qu’elle veut mettre en place sur un terrain qui lui appartient dans la commune rurale d’Aïn Lahcen, située sur la route nationale Tanger-Tétouan, peine toujours à voir le jour. Mohamed Ould Kacem, un émigré en Hollande, a déjà déposé au mois de juin 2009, en respectant la procédure, un dossier auprès du Centre régional d’investissement (CRI) de Tanger, fournissant tous les documents requis. Mais cela n’allait pas l’aider à convaincre les services communaux et des Eaux et Forêts, lesquels n’ont jamais répondu à ses requêtes itératives, en dépit du droit de réponse dans un délai de 90 jours. L’autorité locale, le caid en l’occurrence, n’a pas non plus respecté cette obligation administrative. Pire, le conseil communal ne s’est pas privé de recevoir un autre projet de complexe touristique, alors même qu’une partie du terrain sur lequel le porteur du projet compte l’installer appartient aux Oulad Kacem, preuves à l’appui. Mohamed Oulad Kacem dispose ainsi d’un titre d’acquisition dûment enregistré en 1995 au tribunal de première instance de Tétouan. Plusieurs parties font montre de leurs convoitises depuis maintenant une dizaine d’années. Et pour cause, le terrain en question se trouve dans la zone concernée par le plan d’aménagement, comme l’ont souligné les services de l’Agence urbaine de Tétouan. Son positionnement sur la route nationale a valorisé davantage le terrain en question. Mais l’on arrive facilement à comprendre les dessous de cette affaire lorsqu’on sait que le président de la commune dispose lui aussi de locaux commerciaux à proximité. Et si dans le cas du citoyen Oulad Kacem les services des Eaux  et Forêts ne répondent pas à la requête de déboisement pour les besoins de son projet, le président est parvenu, par ses propres moyens, à en avoir l’autorisation pour l’aménagement d’un parking et la visibilité des locaux. Mieux, il utilise les engins de sa commune pour aménager une piste sur le terrain du concerné au vu et au su de tous sans que les autorités ne réagissent à cet abus.  

Rachida Alami
Vendredi 10 Septembre 2010

Lu 913 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs