Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Terrorisme : des peines allant de 5 à 12 ans d’emprisonnement : Comparution d’un ressortissant algérien dans l’affaire Belliraj




Terrorisme : des peines allant de 5 à 12 ans d’emprisonnement : Comparution d’un ressortissant algérien dans l’affaire Belliraj
Des peines allant de 5 à 12 ans de prison ferme ont été prononcées jeudi par la Chambre criminelle de Salé chargée des affaires de terrorisme, à l'encontre des membres d'une cellule composée de 12 personnes, démantelée en juin dernier et qui s'activait entre le Maroc et l'Espagne.
Le principal accusé dans cette affaire, Abdallah Ahram, a ainsi écopé d'une peine de 12 ans de prison ferme, assortie d'une amende de 500.000 dirhams.
Le tribunal a aussi condamné à 10 ans de prison ferme Younes Hamouchen, Youssef Draoui, Bellal Daoud, Ahmed El Khamlichi et Lahsen Bahssi (ancien gendarme).
La même juridiction a condamné à 8 ans de prison ferme Abdennour Miloud, et à 5 ans de prison ferme assortie d'une amende de 5.000 dhs chacun, Mohamed Youssef Ahram et Ahmed Ahram.
La chambre criminelle a également condamné à 5 ans de prison ferme Abdelfattah Bouarib, Jilali El-Hmidi (ancien commissaire) et Abdelkrim Sebti (ancien officier).
Le Parquet général près la cour d'appel de Salé avait requis des peines allant de 8 ans à 30 ans de prison ferme à l'encontre des mis en cause, affirmant que les chefs d'accusation ont été retenus contre eux suivant leurs aveux lors de l'enquête préliminaire, ainsi que devant le tribunal.
Pour sa part, la défense avait sollicité l'acquittement des mis en cause en raison de l'absence de preuves, relevant que les chefs d'accusation ne se basent sur aucun fondement juridique.
Les membres de la cellule, composée de 12 membres, dont un commissaire, un officier et un gendarme (anciens), sont poursuivis, chacun en ce qui le concerne, notamment pour "constitution de bande criminelle pour préparer et commettre des actes terroristes, collecte de fonds dans l'intention de financer des activités terroristes, trafic de drogue, vol de voitures et participation, falsification de documents officiels, corruption et divulgation de secrets professionnels".
Selon des sources policières, cette cellule est dirigée par le dénommé Abou Yassine, condamné à deux ans de prison ferme dans le cadre de l'affaire de la cellule "Ansar Al Mahdi", démantelée en 2006.
Cette cellule comprenait trois frères marocains naturalisés espagnols qui se livraient au trafic de drogue et de voitures pour financer leurs activités.
Depuis sa mise en liberté en juillet 2008, le dénommé Abou Yassine s'était attelé à la constitution de cette cellule dans la ville occupée de Sebta.
Par ailleurs, un ressortissant algérien établi en Belgique a comparu, jeudi, devant la chambre criminelle chargée des affaires terroristes (1er degré) près l'annexe de la Cour d'appel à Salé, pour ses liens présumés avec la cellule Belliraj, a-t-on appris de source judiciaire.
Natif de Sidi Bel Abbès en 1966, B.B. avait été remis par les autorités belges à leurs homologues marocaines pour "constitution d'une bande criminelle en vue de préparer et commettre des actes terroristes", "possession d'armes à feu"et "collecte de fonds en vue de financer des actes terroristes".
La cour a décidé de reporter au 17 juin prochain l'examen de ce dossier sur la base d'une requête de la défense pour la préparation de ses plaidoiries.
La Chambre criminelle (1er degré) près l'annexe de la Cour d'Appel à Salé avait condamné les 35 membres de la cellule Belliraj à des peines allant d'une année de prison avec sursis à la perpétuité.
A noter que la Chambre criminelle a reporté au 12 mai l'examen de l'affaire du "réseau Belliraj" où comparaissent 35 personnes condamnées, en premier ressort, à des peines allant d'un an de prison avec sursis à la perpétuité.
Cette décision fait suite à la requête du parquet pour lui accorder un nouveau délai de réplique aux requêtes de la défense présentées mercredi.
A signaler également que la brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) à Casablanca a déféré, jeudi, devant le procureur général du Roi près la cour d'appel à Rabat, trente-huit individus pour leur implication présumée dans la planification d'actes terroristes.

MAP
Samedi 8 Mai 2010

Lu 496 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs