Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tenus à l’écart du Mondial, les chauffeurs de minibus sud-africains en colère




Les chauffeurs de taxis collectifs ne décolèrent pas d'avoir été exclus des plans de transport pour le Mondial 2010 en Afrique du Sud. Une amertume qui suscite l'inquiétude face à une profession connue pour ses accès de violence. "On veut tous faire partie de la Coupe du monde mais, à l'heure actuelle, nous en sommes tous exclus. C'est injuste", affirme Ralph Jones, porte-parole du Forum associatif des taxis unis (Utaf). "Quand on demande des comptes, on ne nous répond pas", regrette-t-il. "N'est-ce pas une recette pour des violences?" La semaine dernière, près de 3.000 chauffeurs de minibus privés ont marché jusqu'au siège du gouvernement à Pretoria, où ils ont forcé le passage pour remettre un mémorandum à leur ministre de tutelle. Dans ce document, ils demandent à être réintégrés dans les dispositifs prévus pour transporter les fans de foot jusqu'aux stades et se plaignent de la mise en place du "Bus Rapid Transit" (BRT). Ce système intégré de lignes de bus est une révolution en Afrique du Sud, où le régime d'apartheid avait négligé les transports publics pour maintenir les populations noires à l'écart des centres-villes.
Mis en place en août 2009 entre le township de Soweto et le centre de Johannesburg, il a été étendu en février. Avec des arrêts proches des stades d'Ellis Park et de Soccer City, il devrait transporter des dizaines de milliers de touristes pendant le Mondial (11 juin-11 juillet).
Les combis collectifs, qui craignent de perdre leur quasi monopole, y sont farouchement hostiles. A chaque étape de sa mise en place, ils ont organisé des manifestations, brûlé des pneus, bloqué des rues. A plusieurs reprises, des coups de feu ont visé les nouveaux bus, faisant deux blessés en 2009. Au plus fort des mouvements de grève, la police a dû escorter les véhicules du BRT. Depuis quelques semaines, la situation est un peu plus calme, mais les inquiétudes n'ont pas disparu.
"Je reste sceptique au sujet du BRT. On ne peut jamais être sûr qu'on ne va pas être attaqué par des chauffeurs de taxi", confie à l'AFP Collen Mokwena, qui emprunte le nouveau bus pour la première fois. Malgré tout, il garde de la sympathie pour les taxis collectifs. "J'ai de la peine pour eux. Ils nous ont beaucoup aidés en nous transportant sous l'apartheid. Parfois, ils ne nous faisaient pas payer", dit-il. L'heure n'est plus à de telles largesses. Depuis l'introduction du BRT, "nous avons perdu beaucoup de clients", assure Peter Mashakeng, qui attend depuis quatre heures de pouvoir quitter une gare routière du centre-ville avec son minibus. Conscient du potentiel explosif de la situation, les autorités ont engagé un dialogue avec les représentants de l'industrie des taxis collectifs.

AFP
Jeudi 29 Avril 2010

Lu 193 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs